Échinococcose

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 14 mars 2017
Anglais : echinococcosis
Espagnol : equinococosis
Étymologie : grec ἐχῖνος ekhînos ou ἐχίνος ekhínos hérisson, oursin et κόκκος kókkos pépin, grain, suffixe –ose maladie
n. f. Parasitose de l'Homme de pronostic sérieux, causée par des larves d’Echinocoques qui affectent notamment le foie et les poumons.


Échinococcose alvéolaire ou multiloculaire

Anglais : alveolar echinococcosis
Espagnol : equinococosis alveolar
Infection liée à une infiltation du foie par les larves d'Echinococcus multilocularis (larve du tænia du renard). Les lésions, petites au début, simulent un cancer métastatique avec développement de vésicules en forme de grappes et de masses resserrées dans le foie (aspect de carcinome mucoïde). Nécrose hépatique avec destruction du parenchyme (aspect en mie de pain) et érosion des canaux biliaires avec ictère cholestatique. Splénomégalie. Issue fatale fréquente. Symptômes discrets au début d’où la difficulté d’un diagnostic précoce.

Diagnostic par échographie, tomodensitométrie, RMN, dosage des immunoglobulines, des phosphatases alcalines, de la bilirubine et des transaminases. Traitement chirurgical difficile et chimiothérapie associée.


Échinococcose uniloculaire ou kystique

Synonyme(s) : hydatidose
Anglais : cystic echinococcosis
Espagnol : hidatidosis quística
Parasitose due à Echinococcus granulosus (larve du tænia du chien) formant des kystes hydatiques. Symptômes variables selon le nombre, la taille et la localisation des hydatides dans le foie et les voies biliaires. Hépatomégalie bien tolérée, indolore, isolée, lisse, avec des calcifications cernant plus ou moins complètement le kyste et des accidents de compression provoquant ictères cholestatiques. Splénomégalie et œdèmes des membres inférieurs. La rupture de l'enveloppe du kyste entraîne une réaction allergique avec choc anaphylactique possible ou l'infestation d'organes voisins (échinococcose péritonéale ou pulmonaire secondaire). Possibilité d’hydatidose pulmonaire.

La transmission de ce parasite se fait par les œufs présents dans les déjections de chien ou canidés sauvages infestés qui contaminent les aliments absorbés par l’homme. Rarement autochtone en France (pourtour méditerranéen). Diagnostic direct par échographie et indirect par immunofluorescence indirecte ou avec antigènes solubles par hémagglutination, immunoélectrophorèse, électrosynérèse, ELISA, dosage des IgE spécifiques, dégranulation des basophiles. Traitement chirurgical, médical (albendazole) ou par Ponction Aspiration Injection Réaspiration (PAIR) pour les patients inopérables ou refusant la chirurgie. Cf capsule proligère.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres