Annexine

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 04 juin 2016
Synonyme(s) : lipocortine
Anglais : annexin
Espagnol : anexina
Étymologie : latin adnexŭs rattachement, association, suffixe –ine protéine
n. f. Nom désignant un groupe de protéines solubles, essentiellement intracellulaires chez l’Homme, pouvant être néanmoins détectées dans le sang, bien qu’elles ne possèdent pas le peptide signal pour leur export hors de la cellule eucaryote. Ces protéines se lient, avec une forte affinité, aux phospholipides membranaires, suivant un mécanisme calcium-dépendant. Parmi les annexines, on peut citer :
l'annexine A1, protéine codée par le gène ANAX1, qui, par inhibition de la phospholipase A2, réduit la libération d'acide arachidonique et la formation d’éicosanoïdes ; sa synthèse induite par les glucocorticoïdes est l’un des mécanismes par lesquels ces derniers exercent leur action anti-inflammatoire.
L’annexine A1 a suscité un intérêt comme agent antitumoral potentiel : après induction par des anti-inflammatoires non stéroïdiens, elle inhibe la transduction du signal, dans la voie NF-κB, en se liant à la sous-unité p65. Dans les cellules leucémiques promyélocytaires, le gène ANXA1 est surexprimé et la détection de l’annexine A1 constitue un biomarqueur de la leucémie promyélocytaire ;
l'annexine A2, protéine codée par le gène ANXA2, impliquée dans divers mécanismes cellulaires : motilité des cellules épithéliales, liaisons de complexes de protéines associées à la membrane plasmique (comme l’actine dans le cytosquelette), endocytose, fibrinolyse, formation de canaux ioniques et interactions avec la matrice cellulaire ;
l'annexine A3, protéine codée par le gène ANXA3, exprimée de façon anormale dans le fœtus, lors de fertilisation in vitro, ce qui peut contribuer à augmenter le risque de malformations congénitales. Cette protéine inhibe la phospholipase A2 et catalyse la conversion de l’inositol-1,2-diphosphate en inositol-1-monophosphate. Elle possède des propriétés anticoagulantes. Elle joue un rôle important dans le contrôle de la croissance cellulaire et dans la transmission de signaux intracellulaires ;
l'annexine A5, protéine jouant un rôle dans l’inhibition de la coagulation sanguine, en entrant en compétition avec la prothrombine, vis-à-vis de la fixation de la phosphatidylsérine.
Des anticorps anti-annexine A5 sont détectés chez des patients ayant une pathologie appelée syndrome des antiphospholipides (SAPL) ou syndrome de Soulier et Boffa, état de thrombophilie, décrit en 1980, lors d’association entre avortements à répétition, thromboses et anticorps antithromboplastine ;
l'annexine A6, protéine jouant un rôle essentiel dans la réparation membranaire, permettant de réaliser une intégrité normale dans un muscle dystrophique, au niveau du site de rupture de la membrane musculaire.

Historique : Le terme « annexine » a été créé par M. J. Geisow, en 1987 ; la découverte de ces protéines date de 1977. En 2002, 160 annexines avaient été identifiées au sein de 65 espèces différentes.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres