BCG

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017
Étymologie : B pour Bile (présente dans le milieu de culture), CG, initiales des noms de Léon Charles Albert Calmette, 1863-1933, médecin français bactériologiste et de Camille Guérin, 1872-1961, vétérinaire français immunologiste
Souche de Mycobacterium bovis dont la virulence a été atténuée de façon stable par repiquages successifs (230 effectués par Calmette et Guérin entre 1908 et 1920), sur milieu de culture contenant de la bile. Cette souche a conservé ses propriétés antigéniques et immunisantes, elle est dénommée "vaccin Bilié de Calmette et Guérin" (BCG).
La protection obtenue par ce vaccin est limitée (de l’ordre de 85 % pour les formes graves et mortelles de l’enfant de moins de 15 ans et de 50 % pour les formes pulmonaires chez l’adulte) et, de plus, n’empêche pas la transmission des bacilles tuberculeux. En revanche, il est important de souligner que le BCG prévient la survenue de formes graves (comme la méningite tuberculeuse) en évitant toute diffusion systémique.
La réaction au BCG, appelée « BCG-ite », correspond à des complications post-vaccinales locales (réaction inflammatoire), régionales (adénopathies axillaires) et exceptionnellement généralisées mais gravissimes (porteur d’une immunodéficience congénitale ou acquise).

La recherche de nouveaux vaccins plus efficaces s’oriente notamment vers la compréhension des mécanismes responsables de l’immunité cellulaire spécifique et l’étude des facteurs de virulence (gènes responsables de la pathogénicité) des bacilles tuberculeux.

Depuis la publication du décret de suspension de l’obligation de vaccination par le BCG des enfants et des adolescents et de la circulaire d’application (DGS/RI1/2007/318 du 14 août 2007), la vaccination par le BCG ne peut plus être exigée à l’entrée en collectivité mais fait l’objet d’une recommandation forte pour les enfants à risque élevé de tuberculose. Pour ces derniers, la vaccination par le BCG est recommandée dès la naissance. Les nourrissons âgés de moins de 3 mois sont vaccinés par le BCG sans test tuberculinique préalable. Chez les enfants à risque non vaccinés, la vaccination peut être réalisée jusqu’à l’âge de 15 ans.
L’intradermoréaction (IDR) à la tuberculine, préalable à la vaccination, doit être réalisée à partir de l’âge de 3 mois pour éviter de vacciner un enfant qui aurait déjà été infecté.
La vaccination ne s’applique qu’aux personnes ayant une intradermoréaction à la tuberculine négative. Seule la forme intradermique du BCG est disponible en France.
Les contre-indications médicales temporaires à la vaccination BCG sont constituées par les dermatoses étendues en évolution et les contre-indications définitives par les déficits immunitaires congénitaux ou acquis, notamment dus au VIH.
En milieu professionnel, une vaccination par le BCG, même ancienne, reste exigée à l’embauche pour les étudiants et les professionnels mentionnés aux articles R.3112-1 (alinéa C) et R.3112-2 du Code de la santé publique (en l’absence d’IDR positive). Sont considérées comme ayant satisfait à l’obligation vaccinale par le BCG, les personnes apportant la preuve écrite de cette vaccination et les personnes présentant une cicatrice vaccinale pouvant être considérée comme la preuve de la vaccination par le BCG.

Références et annexes :
Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Calendrier_vaccinal_2015.pdf


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres