Cardiotonique

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 19 janvier 2016


Pharmacognosie - Pharmacologie



Synonyme(s) : tonicardiaque
Anglais : cardiotonic
Espagnol : cardiotónico
Étymologie : grec καρδία kardía cœur et τονικός tonikós qui se tend
adj. et n. m. Qui renforce la force contractile du cœur (effet inotrope positif) et peut augmenter ainsi le débit cardiaque. Les cardiotoniques actuellement utilisés comprennent :
  1. les hétérosides cardiotoniques, famille de substances naturelles hétérosidiques constituées par une génine stéroïdienne de type cardénolide ou plus rarement bufadiénolide, liée par un hydroxyle en 3β à une partie osidique comportant 1 à 4 oses dont un desoxysucre directement lié à la génine. Puissants inhibiteurs de la Na+/K+ATPase membranaire (ou « pompe à sodium » responsable de la polarisation des cellules), ils élèvent le calcium ionisé intracellulaire par un mécanisme d’échange avec le sodium et augmentent ainsi la contraction cardiaque. Chez l’insuffisant cardiaque, ils améliorent le débit cardiaque, en ralentissant (effet chronotrope négatif), renforçant (effet inotrope positif) et régularisant (effets bathmotrope et dromotrope négatifs) les contractions. Ils diminuent les symptômes de l’insuffisance sans améliorer le pronostic vital. En outre, effets sur les troubles du rythme de l’étage supraventriculaire (fibrillation, flutter auriculaire, tachycardie paroxystique). Index thérapeutique étroit et nombreuses interactions médicamenteuses. La digoxine (DCI), extraite de la digitale laineuse (Digitalis lanata Ehrh., Plantaginaceae précédemment Scrophulariaceae), est aujourd’hui en France le seul hétéroside cardiotonique utilisé en thérapeutique. Le surdosage conduit à l’intoxication digitalique. Des hétérosides cardiotoniques sont actuellement étudiés dans d’autres indications thérapeutiques potentielles (cancérologie).
  2. des inhibiteurs de phosphodiestérase III, substances (par exemple milrinone, enoximone) inotropes positives et vasodilatatrices par inhibition sélective de la dégradation de l’AMP cyclique (cardiomyocytes) et du GMP cyclique (cellules musculaires lisses vasculaires). Utilisés en perfusion IV dans le traitement à court terme de l’insuffisance cardiaque aiguë congestive.
  3. des sympathomimétiques analogues de la noradrénaline, possédant un effet inotrope positif puissant par stimulation des récepteursβ-1 adrénergiques (dobutamine, dopamine), accompagné d’un effet bronchodilatateur par stimulation des récepteurs β-2 dans le cas de l’isoprénaline et de l’adrénaline et, en outre dans le cas de cette dernière, d’un effet vasoconstricteur par stimulation des récepteurs α. Utilisés en perfusion IV comme traitement d’urgence des syndromes de bas débit cardiaque (dobutamine, dopamine) ou les états de choc dans lesquels le processus vital est engagé (adrénaline). Cf sympathomimétique.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres