Chlamydia

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 18 novembre 2017
Étymologie : grec χλαμύς khlamús chlamyde, casaque sans manches
Genre bactérien comprenant trois espèces, dont une de transmission strictement humaine, C. trachomatis, largement répandue et possédant un tropisme tout particulier pour les cellules des muqueuses génitales et oculaires. C. trachomatis est divisée en 2 biovars, trachoma et lymphogranuloma venereum (LGV), et 19 sérovars.

Le biovar trachoma comprend 14 sérovars :
  • Les sérovars A, B, Ba et C sont responsables du trachome, qui est une atteinte ophtalmique constituant la première cause de cécité dans le monde dans les pays à bas niveau d’hygiène.
  • Les 11 sérovars D, Da, E, F, G, Ga, H, I, Ia, J et K sont responsables des infections urogénitales sexuellement transmissibles les plus fréquentes en France et de conjonctivites du nouveau-né par contamination néonatale en cas de cervicite au moment de l’accouchement.

    Le biovar lymphogranuloma venereum est constitué des sérovars L1, L2, L2a et L3 à tropisme ganglionnaire et réticulo-endothélial, qui sont responsables de la lymphogranulomatose vénérienne (LGV) ou maladie de Nicolas-Favre-Durand, maladie sexuellement transmissible très répandue dans les régions tropicales, plus rare dans les pays industrialisés.

    Ces sérovars ont été définis selon la réactivité d’anticorps monoclonaux reconnaissant des épitopes portés par une protéine de la membrane externe appelée MOMP (Major Outer Membrane Protein).
    Le diagnostic d'infection se fait par PCR qui constitue la méthode de référence. La sérologie est réservée aux atteintes chroniques profondes.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres