Cyanhydrique (acide)

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 19 janvier 2016
Anglais : hydrogen cyanide
Espagnol : cianuro de hidrógeno
Étymologie : gr κύανός kúanós substance d’un bleu sombre, noirâtre et ὓδωρ hûdôr eau, suffixe –ique
n. m. Nom courant du cyanure d’hydrogène, HCN, acide conjugué de l’ion cyanure CN- extrêmement toxique (gaz de combat), acide faible de pKa = 9,24. Composé liquide, volatil, à odeur d’amandes amères. Il est présent sous la forme d’hétérosides cyanogénétiques dans divers végétaux (laurier-cerise par exemple). À noter que l’acide prussique est une solution à 2 % d’acide cyanhydrique.
Il se forme par synthèse directe dans les réactions de combustion incomplète des matières organiques contenant à la fois carbone et azote (fabrication du gaz de houille, fumée de cigarette, incendies de matières plastiques telles que les polyuréthanes).



Toxicologie



Poison très violent, il agit par inhalation des vapeurs de l’acide ou par ingestion des sels (cyanures) ; il provoque un blocage de la respiration cellulaire par complexation du Fe3+ de la cytochrome-oxydase. (DMM par inhalation : 300 ppm/L d’air ; DMM des cyanures de l’ordre du mg/kg/pc). Lors d'une intoxication aiguë, les troubles neurologiques et cardiovasculaires dominent le tableau clinique : céphalées, tremblements, convulsions, tachypnée, tachycardie, dyspnée, convulsions généralisées. L’intoxiqué peut mourir en quelques minutes d’un arrêt cardio-respiratoire. L’intoxication chronique provoque une anémie due à une méthylation de la cystéine nécessaire au bon fonctionnement du système nerveux (exemple anémie tropicale des consommateurs de manioc amer).

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres