Déconcentration

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 19 mars 2017
Anglais : dilution
Espagnol : dilución
Étymologie : latin dē– préposition marquant une séparation, un éloignement, en prenant sur, en détachant de, cum préfixe con- avec et centrum la branche fixe du compas autour de laquelle l’autre pivote, centre du cercle, nœud, nodosité dans le bois ou le marbre, d'où le verbe déconcentrer, suffixe latin –ātĭo action de
n. f. Opération consistant à réduire la teneur (le titre) d’un produit.



Homéopathie



Procédé utilisé pour la fabrication des préparations homéopathiques. Les dilutions et triturations sont obtenues à partir des souches par déconcentration c’est-à-dire par dilutions et dynamisations successives pour les préparations liquides et par triturations appropriées successives pour les préparations solides. Les opérations de déconcentration correspondent généralement soit à 1 partie de souche et 9 parties de véhicule ; elles sont alors désignées par « D », « DH » ou « X » (décimal) soit à 1 partie de souche et 99 parties de véhicule ; elles sont alors désignées par « C » ou « CH » (centésimal). Le nombre d’opérations de déconcentration ainsi effectuées définit le degré de dilution (exemples : « D3 », « 3DH » ou « 3X » signifie 3 déconcentrations décimales ; « C3 », « 3CH » ou « 3C » signifie 3 déconcentrations centésimales) (Pharmacopée européenne).

Le procédé de déconcentration correspondant à ces dilutions, approuvé par Hahnemann (de S. Hahnemann, 1755-1843, médecin allemand), consiste à opérer dans un seul flacon en utilisant l’adhérence aux parois de celui-ci, après vidage, d’une certaine quantité de la dilution précédente. À chaque opération, il reste dans le flacon un peu des dilutions précédentes. L’utilisation d’appareils appelés « dynamiseurs » permet une dynamisation très poussée. A noter que les dilutions korsakoviennes (de S. Korsakov, 1788-1853, homéopathe russe) ne figurent pas à la Pharmacopée européenne. Elles sont toutefois actuellement reconnues. L’échelle usuelle est 6 K, 12 K, 30 K, 200 K, 1 000 K, 10 000 K (K = dilution korsakovienne). Ces dilutions sont préparées au moyen d’un appareillage automatique breveté assurant une parfaite reproductibilité ainsi qu’une parfaite fiabilité de la méthode.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres