A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Digoxine

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 04 octobre 2020


Pharmacognosie - Pharmacologie



Digoxine.

Synonyme(s) : digoxoside
Anglais : digoxin
Espagnol : digoxina
n. f. (DCI). Hétéroside cardiotonique obtenu par extraction de la feuille de digitale laineuse. Sa génine, la digoxigénine, est liée par son hydroxyle en 3β à une partie osidique constituée d’une chaîne linéaire de trois unités d’un 2,6-didésoxy-hexose, le D-digitoxose. Dans la feuille fraîche de certaines variétés de digitale laineuse, l’hétéroside majoritaire est le lanatoside C fournissant la digoxine après hydrolyse enzymatique puis alcaline ménagée.

Inscrite sur la liste des Médicaments essentiels de l'OMS et à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 0079) .

Utilisation, par voie orale et plus rarement IV, en traitement de l’insuffisance cardiaque et de troubles du rythme supraventriculaire. D’indice thérapeutique étroit imposant une surveillance attentive du traitement, la digoxine est le seul hétéroside cardiotonique actuellement utilisé en France (action et élimination plus rapides que celles de la digitoxine). En raison de son élimination principalement par le rein, une altération de la fonction rénale entraîne une accumulation avec risque d’intoxication. La digoxinémie habituellement visée chez l’adulte est comprise entre 0,5 ng/ml et 0,8 ng/ml ; en cas de surdose, les effets indésirables sont essentiellement d’ordre digestif (diarrhée, nausées, vomissements…), neuropsychiques (confusion, hallucinations…), visuels (altération de la perception des couleurs) et cardiaques pouvant être mortels (troubles du rythme cardiaque supraventriculaire ou ventriculaire, bradycardie…) ; dans ce cas, une surveillance clinique rapprochée et éventuellement un dosage de la digoxinémie doivent être pratiqués. La digoxine ne doit pas être utilisée en cas d’hypokaliémie ou en association avec les sels de calcium administrés par voie IV, le sultopride, le millepertuis.
L’incidence du traitement par la digoxine sur la mortalité des patients atteints de fibrillation auriculaire est l’objet de débats non définitivement tranchés. Par ailleurs, selon certaines études épidémiologiques, il semblerait que les femmes traitées par la digoxine présentent un risque statistiquement plus élevé de cancer du sein et peut-être également de l’utérus.
Des fragments d’anticorps (Fab) antidigoxine d’origine ovine sont indiqués, en perfusion IV, dans le traitement d’une intoxication reconnue ou fortement supposée par la digoxine, avec pronostic vital engagé, associée à une arythmie ventriculaire ou une bradyarythmie réfractaire à l’atropine.
Cf cardiotonique.