Forçage génétique

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 15 janvier 2017
Anglais : gene drive
Espagnol : « gene drive »
Allemand : « gene drive  Methode »
Étymologie : latin fortĭs fort, solide, vigoureux, robuste, courageux, énergique, qui a donné le verbe forcer, et –atĭcus ou –atĭcum suffixe –age pour former un nom dérivé d’un verbe, parfois le résultat de l’action, grec γενητικός genêtikós apte à procréer, qui engendre, produit
Le forçage génétique est l’introduction de caractères génétiques dans une population naturelle. Cette technique d’édition du génome consiste à induire une modification génétique dominante chez une espèce particulière à la faveur de la reproduction sexuée de l’espèce [1]. Contrairement aux lois de la sélection naturelle, la modification génétique étant réalisée dans tous les gamètes paternels ou maternels, elle ne sera pas présente dans 50% des descendants, mais elle s’imposera durablement et de manière irréversible à toute la descendance.
Le forçage génétique est obtenu par l’introduction d’une cassette d’expression (cassette transgénique) dans une séquence cible présente sur un chromosome. Cette cassette exprime une nucléase (Crispr, Talen, Nucléase

Les applications portent potentiellement sur toutes les espèces vivantes à reproduction sexuée, animales (exemple : fragilisation d’une espèce de moustique vecteur d’épidémies ou de parasites agricoles) ou végétales (suppression de tolérances aux pesticides).
Cette technique a été mise en œuvre à l’échelle du laboratoire, mais on ne sait pas aujourd’hui si ce système fonctionnera dans les conditions macroscopiques naturelles, génétiquement très adaptables et polymorphes. Par ailleurs, il existe encore de grandes incertitudes quant aux conditions de sécurité tant au sein du génome lui-même (transmissions non désirées) que du point de vue écologique (régulations inter-espèces consécutives à la perturbation de l’équilibre entre espèces, transmissions des caractères génétiques à d’autres espèces,…).
Cette nouvelle technologie OGM nécessite encore de nombreuses recherches très encadrées pour en maîtriser les conséquences scientifiques, éthiques, écologiques, économiques (brevet détenu par l’Université d’Harvard) et sociales, voire les risques militaires et géopolitiques (exemple : armes biologiques, destruction de récoltes).

Références et annexes :
1- Friedland AE1, Tzur YB, Esvelt KM, Colaiácovo MP, Church GM, Calarco JA. Heritable genome editing in C.elegans via a CRISPR-Cas9 system.
Nat Methods. 2013 10(8) : 741-3.
2- http://www.normalesup.org/~vorgogoz/gene-drive.html


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres