Gadolinium (Gd)

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 18 mars 2017
Anglais : gadolinium
Espagnol : gadolinio
Allemand : Gadolinium
Étymologie : de Johan Gadolin, 1760-1852, chimiste finlandais qui a découvert le minérai, appelé gadolinite en son honneur, renfermant du galodinium.
n. m. [math]{}^{157,2}_{64}\mathrm{Gd}[/math], Élément situé dans la colonne 11 et dans la 6e période de la classification périodique, faisant partie du groupe des lanthanides appelés autrefois terres rares. De numéro atomique 64, sa structure électronique est [Xe]4f75d16s2. Comme tous les métaux de transition, il possède des électrons 4f qui, dans son cas, sont tous de même spin. Il possède une des propriétés générales du groupe, à savoir que les volumes atomiques des éléments diminuent quand leur numéro atomique augmente. Le sien est plus faible que celui du cérium, premier élément et est plus élevé que celui du lutécium, le dernier élément du groupe.

Ferroélectrique, le gadolinium donne les ions Gd3+ incolores. L’oxyde Gd2O3 est très stable ; il possède une grande aptitude à donner de nombreux complexes en particulier avec de très nombreux ligands organiques. Certains sont prescrits en exploration fonctionnelle et plus précisément en MRI (Magnetic resonance imaging). L’ion gadolinium, libéré de son complexe, se fixe préférentiellement dans le cerveau. Il est suspecté d’être très toxique, d’où l’utilisation, préconisée en exploration, de chélates qui sont ses complexes les plus stables. Cf gadobutrol, gadodiamide, gadotéritol, gadoversétamide.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres