Ginkgo

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 27 septembre 2017


Pharmacognosie



Synonyme(s) : arbre aux quarante écus ou abricotier d'argent (noms vernaculaires)
Anglais : ginkgo ou maidenhair tree
Espagnol : ginkgo ou arbol de los cuarenta escudos
Allemand : Ginkgo, Ginko
Étymologie : japonais 銀杏 ginkyō, lui-même issu du chinois 銀杏 yínxìng, composé de 銀 yín argent et de 杏 xìng abricot
n. m. Arbre d'origine orientale (Ginkgo biloba L., Ginkgoaceae), cultivé en Asie, en France, aux États-Unis ; seul survivant d'un ordre largement représenté à l'ère tertiaire. Feuille en éventail de forme bilobée contenant notamment des flavonoïdes piégeurs de radicaux libres (hétérosides de flavonols, biflavones, flavanols, proanthocyanidols) et des composés terpéniques : ginkgolides (diterpènes lactoniques inhibiteurs du PAF [Platelet Activating Factor], bilobalide (sesquiterpène lactonique à propriétés neuroprotectrices) ; présence en très faible quantité d’acides ginkgoliques pouvant entraîner des réactions allergiques (selon la Pharmacopée européenne, leur teneur maximale dans l’extrait est de 5 ppm [extrait desséché]).

Inscrit à la Pharmacopée Européenne, monographies 04/2008, 1827 (extrait sec raffiné et quantifié de) et 01/2011, 1828 corrigé 9.2 (feuille de).

Emploi bien établi (au sens du HMPC de l’EMA) d’un extrait standardisé de la feuille, par voie orale, dans le but d’améliorer les symptômes du déclin cognitif associé à l’âge et la qualité de vie en cas de démence légère ; également emploi traditionnel en cas de sensation de jambes lourdes et de troubles circulatoires mineurs. Le ginkgo augmente les effets des anticoagulants tels que les dérivés coumariniques et il s’oppose à l’agrégation plaquettaire ; de ce fait, un avis médical préalable à la prise de médicaments renfermant du ginkgo est nécessaire en cas de tendance aux saignements ou de traitement par anticoagulants ou antiagrégants plaquettaires. Une spécialité pharmaceutique composée d’extrait de gingko, de chlorhydrate d’heptaminol et de troxérutine est contre-indiquée chez la femme enceinte ; son emploi est déconseillé pendant l’allaitement.
En cosmétologie, la partie utilisée est la feuille riche en flavonoïdes et en terpènes. En raison de leurs propriétés de piégeurs de radicaux libres, d'une part, et de l'augmentation de la résistance des capillaires d'autre part, les extraits sont principalement utilisés dans des produits cosmétiques à visée anti-vieillissement.


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres