Huile essentielle

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017


Pharmacognosie



Anglais : essential oil
Espagnol : aceite esencial
Étymologie : latin ŏlĕum huile d’olive, huile et essentĭālis qui a trait à l’essence
n. f. Nom générique désignant des produits odorants d’origine végétale, généralement de composition complexe, obtenus soit par entraînement à la vapeur d’eau, soit par un procédé mécanique (expression à froid dans le cas de l’épicarpe de fruits de Citrus), soit par distillation sèche ; d’autres procédés tels que l’extraction par solvant, par gaz sous pression ou l’enfleurage ne sont pas admis par la Pharmacopée européenne. Présentes dans de nombreuses plantes appartenant notamment à quelques familles (par exemple Apiaceae, Asteraceae, Lamiaceae, Myrtaceae, Rutaceae), elles sont localisées dans des organes spécifiques (poils et canaux sécréteurs, poches sécrétrices). Liquides à température ambiante, volatiles (différence avec les huiles fixes), elles sont constituées de nombreux composés appartenant majoritairement à deux groupes biogénétiquement bien distincts, terpènes (monoterpènes et sesquiterpènes) et composés aromatiques dérivés du phénylpropane. Pour une espèce donnée, la composition chimique de l’huile essentielle est variable (partie de la plante considérée, existence de chimiotypes, influence du cycle végétatif, du procédé d’obtention, de facteurs environnementaux...). Par définition, toujours très concentrées en substances actives, les huiles essentielles possèdent des activités pharmacologiques diverses, dont des propriétés antiseptiques (par exemple cannelle, eucalyptus, girofle, lavande, sarriette, thym), spasmolytiques et sédatives (par exemple angélique, basilic, camomille, girofle, mélisse, menthe, thym) ; souvent irritantes, elles peuvent être toxiques (par voies externe et surtout interne), en particulier chez l’enfant, et sont donc à utiliser en thérapeutique avec prudence. (Cf aromathérapie).

Huiles essentielles inscrites à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 2098).

Les huiles essentielles peuvent être utilisées telles quelles ou après des traitements ultérieurs visant à l'élimination de certains constituants (carbures terpéniques en particulier) irritants et/ou malodorants (huile essentielle rectifiée, déterpénée).
Utilisation principale des huiles essentielles en parfumerie, dans les produits d’hygiène, mais également en pharmacie et dans les industries agro-alimentaires comme aromatisants.
Bien qu’encore utilisé, le terme ancien « essence » a été remplacé dans les documents administratifs ou scientifiques par « huile essentielle ». Toutefois pour les produits obtenus par expression à froid à partir du zeste frais d’un agrume, le terme technique est « essence ». (par exemple, « essence de citron » obtenue par expression à froid du zeste frais de citron, par opposition à « huile essentielle de citron » obtenue par distillation à la vapeur d’eau du zeste sec de ce fruit). De façon impropre, on désigne encore par « essence » des produits odorants n’existant pas à l’état naturel dans la plante, mais qui sont formés par une dégradation enzymatique d’un substrat à la suite d’une altération du tissu le contenant (par exemple, « essence de moutarde »). En langue anglaise, le terme simplifié mais ambigu « 
oil » est souvent utilisé à la place de « essential oil » (par exemple, lavender oil, au lieu de lavender essential oil).


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres