A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Iode

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 15 janvier 2016
Anglais : iodine
Espagnol : yodo
Étymologie : grec ἰώδης iốdês âcre
n. m. [math]{}^{126,90}_{53}\mathrm{I}[/math], quatrième non-métal de la famille des halogènes, 17e colonne (VIIB), appartenant à la 5e période de la classification périodique. Structure électronique [Kr] 4d10 5s2 5p5. Présente des analogies avec ses homologues, mais est moins électronégatif. Élément essentiel des hormones thyroïdiennes.


Iode dit minéral

L’iode n’est plus utilisé en thérapeutique que sous forme de dérivés. Les iodures (iodure de sodium, de potassium, d'ammonium) sont utilisés en association avec d'autres oligoéléments sous forme de solution à diluer pour perfusion, en association sous forme de solution pour perfusion avec des acides aminés et des glucides, au sein d’antiglaucomateux, de myotiques, d’inhibiteurs de la cholinestérase, de parasympathomimétiques, d’antiasthmatiques, de ganglioplégiques . L’iodure de potassium est utilisé par voie orale en prévention de l’accumulation d’iode radioactif au niveau de la thyroïde en cas de contamination accidentelle. Comme antiseptique, l’iode a été remplacé par des dérivés phénoliques (exemple : clioquinol) ou des complexes, en particulier la povidone iodée.


Iode dit organique

Iode dont les atomes font partie de la structure des molécules. Cas des hormones thyroïdiennes et produits utilisés en thérapeutique substitutive thyroïdienne (liothyronine, tiratricol...), ainsi que de nombreuses molécules utilisées : 1- en radiologie, en qualité d'opacifiant des espaces sous-arachnoïdiens, de la cavité utérine, des articulations, des voies urinaires, du tube digestif. La plupart des produits de contraste utilisés en radiologie contiennent de l’iode (exemple, l'acide ioxitalamique) ; 2- en thérapeutique, dans des domaines variés, en gynécologie – obstétrique au sein d'antibactériens locaux (solution vaginale, ovule), en dermatologie au sein d'antifongiques, antiherpétiques et antiseptiques locaux (gel ou solution pour application cutanée, compresses imprégnées, pansement médicamenteux), en stomatologie et en ophtalmologie au sein d'antiseptiques locaux (solution pour bain de bouche, gargarisme, solution pour irrigation oculaire). L'iode est présent également dans plusieurs autres substances utilisées en thérapeutique (exemple : amiodarone, antiarythmique cardiaque).