Iridoïde

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017


Pharmacognosie



Groupe 4-Iridoïde.png

Anglais : iridoid
Espagnol : iridoide
Étymologie : latin Iridomirmex nom du genre de fourmis à partir desquelles historiquement les premiers représentants ont été isolés, suffixe grec είδῆς -eidễs parenté, ressemblance
n. m. Nom générique pour un vaste groupe de monoterpènes cycliques oxygénés à squelette cyclopentanopyranique substitué caractéristique (squelette « iridane ») ; majoritairement présents sous forme d'hétérosides. Par la présence d'un cycle pyrannique accolé, les iridoïdes au sens strict sont des composés bicycliques dans lesquels les variations structurales concernent essentiellement des hydroxylations, des estérifications et la configuration de certains atomes. Au sens large, on inclut dans ce groupe les séco-iridoïdes (provenant biosynthétiquement d'une rupture du cyclopentane).

De nombreuses plantes contiennent des iridoïdes et des séco-iridoïdes, dont on ne peut affirmer qu'ils leur communiquent les propriétés pharmacologiques revendiquées ; parmi celles utilisées en phytothérapie, on peut citer la valériane (par exemple valtrate, isovaltrate), l'harpagophyton (par exemple harpagoside, harpagide), la verveine officinale (par exemple verbénaloside), l'olivier (par exemple oleuropéoside) ou encore la gentiane (par exemple sweroside, amarogentioside). La saveur amère des iridoïdes trouve un intérêt en liquoristerie (gentiane). Parmi les séco-iridoïdes, le sécologanoside est le précurseur (avec la tryptamine) du vaste groupe des alcaloïdes indolomonoterpéniques.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres