A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Kratom

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 21 octobre 2020


Pharmacognosie



Anglais : kratom
Espagnol : kratom
Étymologie : thai : กระท่อม kratom ou kratum
n. m. Arbre de l'Asie du Sud-Est (Mitragyna speciosa (Korth.) Havil., Rubiaceae). Présence dans la feuille d'alcaloïdes indoliques (mitragynine, 7-hydroxymitragynine…), agonistes des récepteurs opioïdes (notamment de type μ), agissant également sur les récepteurs α-adrénergiques et sérotoninergiques ; propriétés analgésiques, psychostimulantes, antidiarrhéiques.

Le kratom a été proposé par certains, sans validation scientifique, comme pouvant être utilisé dans le traitement de la dépendance aux opiacés et à la cocaïne. Introduit dans les pays occidentaux via l’internet, il y est largement promu (poudre ou extrait de feuilles) pour un usage « récréatif » et sa consommation est en augmentation, notamment aux États-Unis ; son utilisation régulière est susceptible d’induire anorexie, perte de poids, insomnie, atteinte hépatique, décompensation psychotique, dépendance à la fois psychique et physique, avec syndrome de sevrage en cas d’arrêt brutal. Des contaminations de lots de kratom par des métaux lourds et par des salmonelles ont été récemment (2018-2019) à l’origine d’intoxications aux États-Unis ; dans ce pays, actuellement plusieurs dizaines de décès par surdosage sont enregistrés, causés par le kratom, souvent dans un contexte de polyconsommation de drogues et de médicaments (fentanyl, héroïne, benzodiazépines,…) ; en outre, la toxicité à long terme du kratom est mal connue.
L’usage du kratom est sévèrement réglementé dans plusieurs pays où il est considéré comme une drogue (Thaïlande, Malaisie, Myanmar, Australie…). En France, sur proposition du Directeur général de l’ANSM, le kratom, la mitragynine et la 7-hydroxymitragynine ont été inscrits sur la liste des substances psychotropes, par un arrêté du 23 décembre 2019 ; en conséquence, leur détention et leur achat sont désormais interdits. Aux États-Unis le kratom est inscrit sur la liste des substances potentiellement toxiques (
Drugs and Chemicals of Concern) ; en 2019, le département de la Santé a recommandé à la DEA (US Drug Enforcement Administration) de durcir la réglementation en introduisant le kratom dans l’annexe 1 des substances toxicomanogènes.