Melaleuca

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 27 septembre 2017


Pharmacognosie



Étymologie : grec μέλας mélas noir et λευκός leukós blanc, en référence à la couleur du tronc de certaines espèces, noirâtre à sa partie inférieure et blanchâtre à sa partie supérieure
Important genre de la famille des Myrtaceae. Espèces originaires pour la plupart d’Australie, Nouvelle-Calédonie et Indonésie ; utilisées pour l’extraction de leur huile essentielle contenant majoritairement des composés terpéniques (1,8-cinéole, α- et γ-terpinènes, terpin-1-én-4-ol, nérolidol, viridiflorol…) de nature et en proportions variables selon l’espèce et le chimiotype. Propriétés antibactériennes et antifongiques de ces huiles essentielles.
Les trois espèces de Melaleuca d’intérêt pharmaceutique, détaillées ci-dessous, sont : M. alternifolia (l'arbre à thé), M. cajuputi (le cajeput) et M. quinquenervia (le niaouli).

Emplois en aromathérapie, par voie orale ou en usage externe, comme antiseptique en traitement d’appoint de rhinites et d’infections broncho-pulmonaires ou de lésions cutanées infectées. Risque d’intoxication en cas d’ingestion d'une quantité trop importante, notamment chez le jeune enfant. Également emploi dans la formulation de produits cosmétiques ou d’hygiène (shampooings, dentifrices, savons…).


 


Melaleuca alternifolia

Synonyme(s) : arbre à thé (nom vernaculaire)
Anglais : tea tree
Espagnol : árbol del té
Le mélaleuque à feuilles alternes (M. alternifolia [Maiden & Betche) Cheel], arbuste endémique de la côte orientale de l’Australie, a été introduit et est cultivé notamment en Chine, en Afrique du Sud, au Kénya ; il est plus connu sous son nom vernaculaire « arbre à thé » qui peut prêter à confusion avec le théier, Camellia sinensis (L.) Kuntze, Theaceae, et avec d’autres espèces australiennes de Melaleuca. À partir des feuilles et des tiges terminales de cet arbuste ainsi que d’autres espèces de Melaleuca (M. linariifolia Smith, M. dissitiflora F. Muell. et espèces voisines), obtention d’une huile essentielle, inscrite à la Pharmacopée Européenne sous le nom de « huile essentielle de mélaleuca » (monographie 01/2008, 1837), mais couramment désignée par « huile essentielle d’arbre à thé » ou « de tea tree ». Selon le chimiotype, présence majoritaire soit de terpinén-4-ol, soit de 1,8-cinéole ou de terpinolène.

Nombreux emplois de l’huile essentielle, par voie locale, pour ses propriétés antiseptiques (blessures superficielles ou piqûres d’insectes, furoncles, acné, pied d’athlète, inflammation mineure de la muqueuse buccale) ; également utilisation en cosmétologie.


Melaleuca cajuputi

Synonyme(s) : mélaleuque blanc
Anglais : cajeput tree
Espagnol : cajeput ou cayeput
Le cajeput (M. cajuputi Powell) est un arbre largement distribué du nord de l’Australie à l’Asie du Sud-Est, dont l’huile essentielle des feuilles, pouvant contenir jusqu’à 65% de cinéole, a longtemps été réputée en usage externe contre les douleurs rhumatismales.

Emploi dans certains pays, surtout en usage local, pour son activité antibactérienne ; également en cosmétologie.


Melaleuca quinquenervia

Synonyme(s) : niaouli (nom vernaculaire)
Anglais : niaouli ou niauli
Espagnol : niaouli ou niaulí
Le niaouli (M. quinquenervia (Cav.) S.T. Blake) est un arbre originaire de la côte orientale de l’Australie et de Nouvelle-Calédonie dont l’huile essentielle des jeunes rameaux feuillés est produite principalement dans ces pays et à Madagascar ; composition variable selon la provenance et le chimiotype, le cinéole pouvant représenter dans certains cas jusqu’à 80%. Propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques.

L'huile essentielle de niaouli type cinéole est inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 07/2012, 2468).

Emploi de l’huile essentielle par voie orale, nasale ou en application cutanée ; ne pas appliquer sur le visage et dans le nez des jeunes enfants (risque de convulsions). L’huile essentielle purifiée, de type cinéole, est connue sous le nom de « goménol ».
L’espèce
M. quinquenervia (Cav.) S.T. Blake est souvent confondue avec M. viridiflora Sol. ex Gaertn.


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres