Monoamine

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017
Anglais : monoamine
Espagnol : monoamina
Étymologie : grec μόνος mónos seul et ἀμμωνιακόν ammôniakón gomme, sel ammoniaque
n. f. Nom générique de molécules de signalisation (neurotransmetteurs, neuromodulateurs ou autacoïdes) comportant un groupement éthylamine lié à un noyau aromatique ou à un hétérocycle et formées à partir d'un acide aminé (tyrosine, tryptophane ou histidine) par décarboxylation et hydroxylation. Comprennent les catécholamines, l'histamine, la sérotonine et la mélatonine.

Très présentes dans le système nerveux central, y ont souvent une fonction de neuromodulation (exemple : la noradrénaline, libérée par un réseau très diffus de ramifications axoniques, active l'ensemble des aires corticales lors du passage du sommeil à l'éveil). Libérées à partir de structures intracellulaires de réserve, elles activent des récepteurs membranaires et sont ensuite éliminées, par recapture ou par dégradation enzymatique catalysée par des monoamine-oxydases (MAO).


Monoamine oxydase

Enzyme catalysant la désamination oxydative des monoamines.

Il existe deux isoenzymes, la MAO-A, dont les substrats préférentiels sont la noradrénaline et la sérotonine, et la MAO-B qui dégrade également la dopamine. Les inhibiteurs de monoamine-oxydase (IMAO) augmentent les effets des polyamines. Les premières molécules employées comme inhibiteurs de ces enzymes (par exemple l'iproniazide) agissaient de manière irréversible et non sélective, à la différence des plus récentes. L'indication thérapeutique majeure a été le traitement des états dépressifs sévères, avec un emploi limité, y compris pour les IMAO-A sélectifs et réversibles, en raison des risques de crises hypertensives consécutives au passage dans l'organisme d'amines présentes dans des aliments comme la tyramine (normalement dégradées par la MAO).

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres