A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Myrrhe

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 21 octobre 2021


Pharmacognosie



Synonyme(s) : myrrhe amère
Anglais : myrrh
Espagnol : mirra
Allemand : Myrrhe
Étymologie : grec µύρρα múrrha myrrhe
n. f. Gommo-oléorésine obtenue par incision ou exsudation spontanée du tronc et des rameaux du balsamier (synonyme arbre à myrrhe), Commiphora myrrha (Nees) Engl. (= C. molmol [Engl.] Engl. ex Tschirch), Burseraceae, et d’espèces voisines, originaires de l’Afrique de l’Est et de la péninsule arabique. Par distillation, obtention de l’huile essentielle de myrrhe, renfermant très majoritairement des composés sesquiterpéniques (santalènes…) et furanosesquiterpéniques (curzérène…) auxquels semblent dues des propriétés anti-infectieuses, antalgiques, anti-inflammatoires, anesthésiques locales et cicatrisantes ; elle est réputée capable d’atténuer anxiété et angoisses et de créer une atmosphère propice à la méditation et à la sérénité.

Inscrite à la Pharmacopée Européenne, monographies 08/2019, 1349 et 1877 corrigés 10.0 (teinture de).

La teinture de myrrhe est traditionnellement utilisée en usage oromuqueux ou cutané pour le traitement des petites plaies, blessures légères et furoncles ; également comme antalgique dans les affections buccopharyngées mineures (aphtes...).
En aromathérapie, emploi de l’huile essentielle de myrrhe par voie buccale (inflammations bucco-pharyngées), par voie topique (gerçures, psoriasis, douleurs musculaires, contractures…) et par diffusion (pour la relaxation, la méditation, pour apporter la paix intérieure, dans les unités de soins palliatifs). L’huile essentielle de myrrhe est contre-indiquée chez les personnes ayant des antécédents de convulsions, ainsi que chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les enfants de moins de 6 ans.
En cosmétologie, des extraits, en raison de leur odeur chaude, épicée et balsamique, sont utilisés comme matière première en parfumerie.

Historique : La myrrhe était utilisée dans l’Égypte ancienne pour l’embaumement des momies et elle a été présente dans les rites de plusieurs religions ; dans la tradition chrétienne, elle fait partie avec l’or et l’encens des présents offerts par les Rois mages à l’Enfant-Jésus.