A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Niraparib

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 06 octobre 2018
Niraparib.

n. m. (DCI). Petite molécule de synthèse, inhibiteur des poly(ADP-ribose) polymérases (PARP-1 et PARP-2), enzymes jouant un rôle important dans la réparation des lésions de l’ADN. Les mécanismes de réparation étant freinés par cette inhibition, les cassures des brins d’ADN ne sont plus réparées, notamment dans les cellules cancéreuses à division rapide ; elles s’accumulent et favorisent l’instabilité génomique conduisant à l’apoptose.

Indiqué, par voie orale, à raison d'une prise quotidienne, dans le traitement des récidives  du cancer épithélial de l’ovaire, du cancer des trompes de Fallope, du carcinone péritonéal primitif, chez les patientes répondant complètement ou partiellement à la chimiothérapie par les sels de platine.
Contrairement à un autre anti-PARP, l’olaparib, réservé aux femmes porteuses de mutations BRCA , le niraparib est efficace à la fois chez les patientes présentant des mutations BRCA et celles n’en présentant pas (70 % des patientes).
Autorisation de mise sur le marché accordée par la FDA (États-Unis) le 27 mars 2017. En France, prescription hospitalière restreinte en cancérologie (septembre 2018).