Paracétamol

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 30 septembre 2016
Paracétamol.

Synonyme(s) : acétaminophène
Anglais : acetominophen
Espagnol : acetominofeno
Étymologie : contraction de para-acétyl-amino-phénol
n. m. (DCI). Antalgique actif contre les douleurs légères à modérées et antipyrétique de premier choix. Ses effets anti-inflammatoires sont faibles.
Dans le cerveau et la moelle épinière, il est désacétylé en aminophénol qui, conjugué à l'acide arachidonique, donne, sous l'action de l'hydrolase des amides des acides gras (FAAH), le N-arachidonoylaminophénol (AM404). Ce dernier agit comme ligand agoniste du récepteur capsaicine (TRPV1, Transitent receptor potential type 1 ion channel) et en tant qu'inhibiteur d'une cyclo-oxygénase. Il bloquerait également l’hyperalgésie spinale induite par la stimulation des récepteurs NMDA (N-Méthyl-D-Aspartate) par le glutamate.
Dans l'hépatocyte, le paracétamol est principalement métabolisé par glucurono et sulfoconjugaison par l’intermédiaire de transférases ; la sulfoconjugaison est majoritaire chez le nouveau né. Ces métabolites sont éliminés par voie rénale. Une voie mineure, dépendante des CYP 450 1A2, 2 E1 et 3 A4, conduit à la formation d’une N-Acétyl-p-benzoquinone-imine très réactive, normale et conjuguée au glutathion par une S-transférase pour donner de l’acide mercaptopurique éliminé par voie rénale. En cas de déficit en glutathion (dénutrition, alcoolisme) ou de surdosage en paracétamol (saturation de la sulfoconjugaison), on observe une augmentation des concentrations de la N-acétyl-p-benzoquinone-imine qui se lie par liaisons covalentes aux protéines hépatocellulaires à l’origine de nécroses centro-lobulaires (hépatotoxicité). Une intoxication massive peut également induire une nécrose tubulaire rénale et une insuffisance rénale consécutive. Lors d'une intoxication massive, l'antidote utilisé est la N-acétylcystéine qui agit en reconstituant le stock de glutathion réduit ou en se liant directement au métabolite électrophile réactif.

Administrable, à des doses identiques, par voie orale ou intraveineuse (biodisponibilité : 100%).
Inscrit sur la liste des Médicaments essentiels de l'OMS et à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 0049).

Historique : L'acétylaminophénol a été synthétisé en 1878 par Harmon Northrop Morse (chimiste américain, 1848-1920), et reconnu comme médicament, sous le nom de paracétamol, par autorisation de mise sur le marché (AMM) accordée par la FDA (États-Unis) en 1955.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres