Protéine kinase

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 28 décembre 2017
Anglais : protein kinase
Espagnol : proteína quinasa
Étymologie : grec πρῶτος prỗtos premier et κινέω kinéô mouvoir, mettre en mouvement, suffixe –ase enzyme
n. f. Nom générique d'enzymes qui interviennent dans les voies de signalisation qui président à de très nombreuses fonctions cellulaires. On distingue  :
1- les tyrosine kinases, protéines transmembranaires comportant un site catalytique intracellulaire qui phosphoryle les restes tyrosine de protéines et un site extracellulaire récepteur de facteurs de croissance, par exemple le facteur de croissance épidermique (EGF, Epidermal Growth Factor). Leur activation permanente, par mutation, peut contribuer au développement de cancers ;
2- les sérine/thréonine kinases, phosphorylant les restes sérine et/ou thréonine de protéines sélectionnées de façon plus ou moins stricte par leur accès au site actif ; comprennent des protéines fonctionnant directement comme récepteur et des protéines de signalisation intracellulaire activées en aval de l'activation d'un récepteur, par un second messager intracellulaire (par exemple, AMP cyclique ou GMP cyclique) ou par phosphorylation par une autre kinase. Parmi les familles les plus importantes, on peut citer :
- les protéines kinases A, activées par l'AMP cyclique ;
- les protéines kinases B ou AKT kinases, activées par la phosphoinositide-3-kinase ;
- les protéines kinases C, activées par le diacyl‑glycérol et les ions Ca2+, la CaM (Ca2+/calmoduline) kinase ; En pharmacologie, les esters de phorbol sont utilisés expérimentalement pour activer la protéine kinase C (PKC).
- les kinases activées par des mitogènes (MAP kinases, Mitogen‑Activated Protein Kinases) ou qui régulent notamment l'expression des gènes, la mitose et l'apoptose.

Inhibiteurs de Protéine kinase

Les inhibiteurs agissent soit par compétition avec l'ATP ou le substrat au site actif, dont l'accès est modulé de façon différente d'une kinase à l'autre et suivant la structure de l'inhibiteur, soit sur un site allostérique. Il existe des inhibiteurs sélectifs des différentes kinases, dont les propriétés pharmacologiques sont souvent trop variées pour un usage thérapeutique, mais utilisés expérimentalement comme outils pharmacologiques.
Divers inhibiteurs de tyrosine kinase, appelés tyrphostines (par exemple, l'imatinib, le géfitinib, le sunitinib), agissant sélectivement sur un ou plusieurs récepteurs à activité tyrosine kinase, sont utilisés pour traiter certaines formes spécifiques de cancer.
De très importants efforts de recherche visent actuellement à découvrir de nouveaux inhibiteurs de protéine kinases utilisables en thérapeutique (notamment comme anticancéreux et antiparasitaires).


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres