Pseudomonas

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017
Étymologie : grec ψευδής pseudếs menteur, trompeur et μονάς monás unité
Genre de la famille des Pseudomonadaceae qui comprend une cinquantaine d'espèces. Bactéries aérobies strictes en général, présentant une réaction d'oxydase très positive (P. aeruginosa). Bacilles ubiquistes (sol, eaux douces, intestin humain...), hôtes fréquents des locaux hospitaliers, souvent responsables de maladies nosocomiales. Citons :
- Pseudomonas aeruginosa, ou bacille pyocyanique, bacille vivant dans les sols et en milieu humide. En culture, en milieu liquide, développe un voile bleu en surface et émet une odeur caractéristique. Produit des protéases responsables de la nécrose des tissus, des hémolysines, une cytotoxine, une exotoxine A très toxique, une exo-enzyme S et deux pigments majoritaires (pyocyanine et pyoverdine). Très virulent chez les sujets immunodéprimés, cause la surinfection des plaies (d'où son nom de « bacille du pus bleu ») ainsi que des infections oculaires graves (ulcère de la cornée, fonte de l'œil), des septicémies. Responsable de colonisations respiratoires chroniques et d'infections respiratoires chez les patients atteints de mucoviscidose. Naturellement peu sensible aux antibiotiques, certaines souches le sont totalement ;
- Pseudomonas mallei, (Burkholderia mallei) agent de la morve touchant les équidés, rarement l'Homme ;
- Pseudomonas pseudomallei, (Burkholderia pseudomallei), responsable, chez l'Homme et chez l'animal, de la mélioïdose ou pseudo-morve, provoquant des septicémies foudroyantes.

D'autres espèces peuvent devenir pathogènes : P. alcaligenes, P. maltophilia (Cf Stenotrophomonas maltophilia), P. putida, P. stutzeri, P. oryzihabitans.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres