Quinquina

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 29 juin 2017


Pharmacognosie



Anglais : cinchona
Espagnol : quino
Allemand : Chinarindenbaum
Étymologie : quechua kinakina écorce des écorces, passé à l’espagnol quinaquina quinquina
n. m. Nom désignant des arbres du genre Cinchona (Rubiaceae), originaires du versant oriental de la Cordillère des Andes (Pérou, Bolivie, Équateur) ; cultivés aujourd’hui essentiellement en Afrique (Zaïre, Kenya, Cameroun…) et, dans une moindre mesure, en Indonésie et dans les pays d’origine. Trois espèces, ainsi que leurs variétés ou leurs hybrides, sont admises par la Pharmacopée européenne : C. pubescens Vahl, = C. succirubra Pav. ex Klotzsch (« quinquina rouge »), C. calisaya Wedd. (« quinquina jaune ») et C. ledgeriana (Howard) Bern. Moens ex Trimen (« quinquina ledgeriana »). Les écorces de tronc et de branches contiennent des alcaloïdes quinoléino-quinuclidiques (chef de file quinine, mais aussi quinidine, cinchonine, cinchonidine…) en quantités et en proportions variables selon l’espèce et le chimiotype (C. ledgeriana étant le plus riche en quinine) ; présence également de composés polyphénoliques (flavanols, proanthocyanidols, tanins condensés), d’acides organiques (acide quinique…), de saponosides triterpéniques et d’une très faible quantité d’huile essentielle. La propriété pharmacologique la plus importante est une action antipaludique (due aux alcaloïdes) ; autres propriétés : astringence (due aux tanins), amertume (due aux alcaloïdes et à des triterpènes).

Inscrit à la Pharmacopée Européenne, monographies 01/2011, 0174 corrigé 9.2 et 01/2008, 1818 (extrait fluide titré de).

Emploi traditionnel (par voie orale) dans les états grippaux, pour stimuler l’appétit et pour faciliter la prise de poids ; en usage local, dans les démangeaisons et desquamations du cuir chevelu avec pellicules. L’emploi pharmaceutique principal est l’extraction de la quinine à partir des espèces les plus riches, notamment C. ledgeriana (selon certains botanistes systématiciens, C. ledgeriana et C. calisaya ne seraient qu’une seule et même espèce, la première étant synonyme de la seconde). Également emplois importants dans l’industrie alimentaire (boissons toniques, apéritifs).
En cosmétologie, l’extrait hydroalcoolique de l’écorce de quinquina est utilisé pour ses propriétés astringentes et antiseptiques dans des préparations capillaires telles que des shampooings.


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres