Rhubarbe

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 30 juin 2017


Pharmacognosie



Synonyme(s) : rhubarbe de Chine ou rhubarbe officinale
Anglais : rhubarb
Espagnol : ruibarbo
Allemand : Rhabarberstaude, Rhabarber, Rhabarberstaude
Étymologie : latin rheu racine, qui a donné rheubarbărum rhubarbe, littéralement la racine des Barbares
n. f. Grande herbacée vivace par un volumineux rhizome ; plusieurs espèces, originaires de l’Asie centrale, sont rassemblées sous ce nom ; deux d’entre elles (Rheum officinale Baill., R. palmatum L., Polygonaceae), ainsi que leurs hybrides, sont admis par la Pharmacopée européenne. Présence dans les organes souterrains de proanthocyanidols, de tanins, de stilbènes et d’anthracénoïdes représentés pour l’essentiel par des hétérosides d’anthraquinones et des O,C-glucosides dimères (sennosides). Propriétés laxatives « stimulantes » ; également antioxydantes, antibactériennes, anti-inflammatoires.

Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 0291 corrigé 9.2).

Emploi comme laxatif, imposant les précautions habituelles d’emploi propres à cette classe médicamenteuse. Également utilisation comme traitement local des aphtes et des lésions inflammatoires de la muqueuse buccale ; emploi traditionnel, chez l’enfant, dans les poussées dentaires douloureuses.
En médecine traditionnelle chinoise, la rhubarbe est utilisée en traitement de l’accident vasculaire cérébral ischémique aigu ; des études sont en cours pour évaluer l’efficacité clinique et la sécurité d’emploi de cette thérapeutique.


Rhubarbe des jardins

Synonyme(s) : rhapontic ou fausse rhubarbe
Anglais : rhapontic ou false rhubarb ou pie rhubarb
Espagnol : ruibarbo
Allemand : Gartenrhabarber, Gemeiner Rhabarber
La rhubarbe des jardins (Rheum rhabarbarum L., R. rhaponticum L., R. × hybridum Murray) est un succédané peu utilisé en pharmacie de la rhubarbe officinale. Présence dans les organes souterrains d’anthracénoïdes et d’hétérosides stilbéniques (rhaponticoside…) ; dans les feuilles, des polyphénols et des acides organiques (acides malique, citrique, oxalique) en quantité notable, surtout dans le limbe.

Emploi très limité des organes souterrains comme laxatif « stimulant » ; utilisation alimentaire du pétiole des feuilles après cuisson, mais toxicité du limbe qu’il est recommandé de ne pas consommer en raison de sa teneur élevée en acide oxalique.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres