Salmonellose

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017
Anglais : salmonellosis
Espagnol : salmonelosis
Étymologie : de D. Salmon, 1886-1941, médecin américain, suffixe -ose maladie
n. f. Toxi-infection alimentaire consécutive à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par des bactéries du genre Salmonella ou par contact. Les salmonelloses humaines ou animales et transmissibles à l'Homme revêtent divers aspects cliniques selon le degré de diffusion de l'infection et l'âge du malade. Schématiquement on peut en distinguer quatre aspects :
  1. Fièvre typhoïde, déterminée par des S. enterica typhi (bacille d'Eberth) qui contaminent des follicules lymphoïdes de l'iléon (plaques de Peyer). Elle se présente sous forme d'une septicémie avec fièvre à 40°C et avec des signes généraux nets (asthénie, céphalées, troubles digestifs, douleurs abdominales pouvant simuler un tableau chirurgical aigu). La fièvre élevée persiste quelques jours puis apparaît une diarrhée profuse « jus de melon » avec parfois érythème maculopapuleux, prostration (tuphos), distension abdominale et risque de perforation de la paroi intestinale. D'autres Salmonella enterica (S. paratyphi A, S. paratyphi B et S. paratyphi C, S. sendai) sont agents de fièvre paratyphoïde, de symptomatologie clinique similaire mais moins bruyante ;
  2. Gastro-entérite infantile, généralement bénigne, elle peut provoquer une déshydratation avec risques de toxicose. Exceptionnellement elle peut provoquer une septicémie ;
  3. Toxi-infection alimentaire, à symptômes digestifs apparaissant 12 à 48 heures après un repas. Elle se présente sous forme d'une gastroentérite sévère avec diarrhées, douleurs abdominales, fièvre et plus rarement selles sanguinolentes. Les principaux vecteurs de ces toxi-infections alimentaires sont les viandes rouges, la volaille, les œufs, les fruits de mer récoltés en zones contaminées par l'eau des égouts ou souillées par des matières fécales ;
  4. Les autres salmonelloses, plus rares et très polymorphes dans leur expression (méningite, ostéite, infection urinaire) sur terrain fragilisé. La vaccination antityphoïdique (vaccin contenant des polyosides Vi de S.typhi) n'est obligatoire en France que pour les personnels de laboratoire et conseillée pour les voyageurs et personnels de santé.

Traitement antibiotique par les fluoroquinolones (déconseillées jusqu'à l'âge de 15 ans), la ceftriaxone ou l'azithromycine. Les phénicolés, l'amoxicilline, le cotrimoxazole restent utiles dans les pays en voie de développement car moins onéreux.

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres