Téixobactine

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 10 novembre 2016
Téixobactine,.

n. f. (DCI). Antibiotique découvert lors de criblages de bactéries non cultivables, présentes dans un échantillon de sol prélevé dans un champ de l’État du Maine (États-Unis) en utilisant le procédé « iChip » (voir ci-dessous). Il s’agit d’un depsipeptide macrocyclique constitué de 1 « briques », synthétisé dans Elephteria terrae, dont la séquence est :
MeHN—d-Phe—Leu—Ser—d-Ile—d-Ile—Ile—Ser—Thr*—Ala—enduracididine—Ile—COO—
Il est à noter que cette séquence comprend 4 acides aminés de configuration D. Le groupe carboxy-terminal forme une lactone avec le résidu L-thréonine indiqué par l’astérisque.


Enduracididine : (3-[(4R)-2-imino-4-imidazolidinyl]-L-alanine).

La téixobactine agit en se fixant sur une intermédiaire lipidique de la synthèse du peptidoglycane, contituant essentiel de la paroi bactérienne, inhibant ainsi sa formation. Ce mode d'action original provoque la lyse des bactéries vulnérables, comme Staphylococcus aureus et Mycobacterium tuberculosis, sans apparition, jusqu'à présent, de résistance.

Références et annexes :
IChip (anglais isolation chip) : nouveau dispositif pour cultiver des bactéries dites « non cultivables » dans les milieux de culture utilisés dans les laboratoires, c’est-à-dire environ 99 % des bactéries. Le dispositif consiste en une microplaquette comportant des petits compartiments, isolés les uns des autres, dans lesquels sont déposés du sol dilué dans de l’agar fondu et des nutriments. Le dispositif est ensuite enfermé dans une membrane en plastique semi-perméable avant d’être enfoui dans le sol, afin que les nutriments contenus dans le sol puissent permettre aux bactéries de se développer dans des conditions « naturelles ». Avec ce dispositif, 50 à 60 % des espèces bactériennes peuvent survivre.


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres