TNF alpha

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 17 mars 2018
Synonyme(s) : facteur de nécrose tumorale, cachectine, cachexine
Anglais : tumor necrosis factor alpha
Espagnol : factor de necrosis tumoral alfa
Allemand : Tumornekrosefaktor-α
n. m. Cytokine de nature glycoprotéique produite et sécrétée essentiellement par les cellules de l’immunité innée (monocytes, macrophages), mais également par d’autres types cellulaires (fibroblastes, cellules musculaires lisses…), en réponse à de nombreux stimuli (endotoxines bactériennes, chimiokines...). Avec d’autres cytokines telles que les interleukines IL-1 et IL-6, le TNFα est impliqué dans la réaction de la phase aiguë de l’inflammation.
Protéine dimèrique, le TNFα existe sous plusieurs formes, le TNF transmembranaire qui est clivé par l’enzyme de conversion du TNF (TACE, TNF alpha converting enzyme, ou ADAM17, a disintegrin and metalloprotease domain 17) et le TNF soluble résultant de ce clivage et qui existe lui-même sous plusieurs isoformes. Le TNF alpha agit en se liant à deux récepteurs spécifiques, TNFR1 et TNFR2, qui existent également chacun sous les 2 formes, transmembranaire et soluble. La forme soluble agit comme un leurre limitant l’action du TNF sur les récepteurs membranaires.
Les modes d’action du TNFα sont multiples : libération de la gonadolibérine, suppression de l’appétence (d’où son nom de cachexine), accélération de la diapédèse des leucocytes... Ses effets sont essentiellement proinflammatoires, se manifestant lors des maladies chroniques inflammatoires, du choc septique, des septicémies à gram négatif. Son action antitumorale est discutée.

Les inhibiteurs du TNF alpha
Les composés anti-TNF sont de deux types :
1- soit des protéines de fusion qui associent 2 molécules de récepteurs de type 2 du TNF alpha et une molécule de récepteur Fc humain de l’IgG1. Cette association se comporte comme un leurre pour le TNF circulant, neutralisant ainsi ses effets sans induire d’apoptose (Cf atacicept, étanercept) ;
2- soit des anticorps monoclonaux qui reconnaissent les deux formes de TNFα , circulant et membranaire, et agiraient en induisant une apoptose des cellules cibles : anticorps chimérique humain/murin (Cf infliximab), humanisé (Cf adalimumab, certolizumab pégol), humain (Cf golimumab).


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres