Trétinoïne

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 19 janvier 2016
Trétinoïne.

Synonyme(s) : acide rétinoïque, acide tout-trans-rétinoïque
Anglais : tretinoin
Espagnol : tretinoína
Étymologie : latin trans au-delà de, par-delà, et rēte rets, filet, latin médiéval retina tunique en forme de filet, rétine (la rétine présentant un réseau de vaisseaux sanguins), suffixe –oïne, combinaison de –osque fonction acide et –ine calqué sur vitamine
n. f. La trétinoïne (acide rétinoïque) est un métabolite du rétinol (vitamine A) via l’oxydation du rétinol en rétinal (aldéhyde), puis l’oxydation du rétinal en acide rétinoïque. Des études ont montré que la trétinoïne, par voie orale, induit une différenciation des cellules et inhibe leur prolifération, dans des lignées hématopoïétiques transformées (leucémie myéloïde humaine).
Son mécanisme d’action a été découvert très récemment : il agit par une différenciation in vivo des blastes de LAP et le remodelage épigénétique via l’acétylation et la méthylation des histones. Les récepteurs de l’acide rétinoïque (RAR), nommés RARα, RARβ, et RARγ, sont codés par des gènes paralogues α (NR1B1), β (NR1B2) et γ (NR1B3). Ils appartiennent à la superfamille des récepteurs nucléaires, qui comprend 48 protéines chez l’homme. Les RAR comportent un domaine central de liaison à l’ADN (DBD) relié à un domaine N terminal (NTD) et à un domaine C-terminal de fixation au ligand (LBD) comprenant douze hélices α. Les RAR agissent, sous forme d’hétérodimères, avec une autre famille de récepteurs nucléaires, les RXR ou récepteurs des rétinoïdes X. Ces hétérodimères se fixent à des séquences d’ADN spécifiques, localisées dans les promoteurs des gènes cibles. En absence de ligand, l’ensemble est associé à de larges complexes enzymatiques « répresseurs » qui maintiennent la chromatine dans un état condensé et réprimé. Après la fixation du ligand, le LBD des RAR subit des changements conformationnels, parmi lesquels le basculement d’une hélice, l’hélice 12, qui entraîne le départ des répresseurs et le recrutement d’autres complexes enzymatiques « activateurs » qui vont remodeler la chromatine pour permettre le recrutement de la machinerie transcriptionnelle.

Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 07/2011, 0693).

La trétinoïne, parfois en combinaison avec le trioxyde d’arsenic, est indiquée, aujourd’hui, pour l’induction de rémissions complètes, dans la leucémie aiguë promyélocytaire (LAP)



Dermatologie



La trétinoïne est utilisée, sous forme de crème ou en solution pour application cutanée, pour le traitement de l’acné de sévérité moyenne, de troubles de la kératinisation résistant aux émollients et des verrues planes. C’est un composé tératogène, donc à prohiber en cas de grossesse (le récepteur de l’acide rétinoïque est impliqué dans la segmentation céphalocaudale du tube neural au moment de l’embryogenèse). À ne pas confondre avec l’isotrénoïne (acide 13-cis- rétinoïque).

L'usage de la trétinoïne est interdit en cosmétologie.



A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres