Viburnum

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
Dernière modification de cette page le 20 novembre 2015


Pharmacognosie



Étymologie : latin vīburnum viorne
Genre de la famille des Adoxaceae, précédemment Caprifoliaceae, comprenant une centaine d’espèces nommées en français « viornes ». Arbustes ou petits arbres fréquemment plantés à titre ornemental pour l’aspect décoratif de leurs fleurs et de leurs fruits ; en particulier la viorne lantane ou viorne mancienne (V. lantana L.), la viorne obier ou « boule-de-neige » (V. opulus L.), la viorne tin ou laurier-tin (V. tinus L.). Une espèce, V. prunifolium L., a des emplois pharmaceutiques.

Viburnum prunifolium

Anglais : black haw ou blackhaw viburnum ou sweet haw
Espagnol : viburnum oficinal ou viburno americano
Viburnum prunifolium L., le viburnum officinal, synonyme viorne officinale (nom vernaculaire), est un grand arbuste buissonnant ou un petit arbre originaire du nord-est des États-Unis et introduit en Europe. Présence dans l’écorce de tige de composés polyphénoliques (tanins, flavonoïdes [amentoflavone…], coumarines [esculétol, scopolétol…], acides-phénols…), d’acides triterpéniques et d’une faible quantité de salicoside. Propriétés veinotoniques et spasmolytiques, celles-ci s’exerçant préférentiellement au niveau utérin.

Écorce de tige traditionnellement utilisée (voie orale et usage local) dans le traitement symptomatique des troubles fonctionnels de la fragilité capillaire (ecchymoses, pétéchies), dans les manifestations subjectives de l’insuffisance veineuse (jambes lourdes) et dans la symptomatologie hémorroïdaire. Également emploi en médecine populaire dans des troubles gynécologiques (règles douloureuses, crampes abdominales…) ; autrefois utilisation préconisée contre le risque de fausse couche (mais emploi déconseillé au cours des deux premiers trimestres de la grossesse).
En cosmétologie, l’écorce de viburnum donne un extrait connu pour son activité de tonique veineux ; à ce titre, il est utilisé dans des produits cosmétiques pour améliorer le bien-être, la beauté et le confort des jambes… (l’allégation « jambes lourdes » n’est pas admise en cosmétologie, car considérée comme excessive).


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres