A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Yohimbine

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017


Pharmacognosie - Pharmacologie



Yohimbine.

Anglais : yohimbine
Espagnol : yohimbina
Étymologie : français yohimbe, suffixe –ine
n. f. Alcaloïde indolomonoterpénique à squelette yohimbane, extrait industriellement de l'écorce de tronc du yohimbe, Pausinystalia johimbe (K. Schum.) Pierre ex Beille, Rubiaceae. À faible concentration, elle bloque les récepteurs α2‑adrénergiques, d'où levée de leur effet rétro‑inhibiteur dans les neurotransmissions catécholaminergiques et augmentation de la libération de neurotransmetteurs et neuromodulateurs vasoconstricteurs (noradrénaline et cotransmetteurs, produisant une hypertension artérielle) et vasodilatateurs dans certains tissus (comme probablement le NO dans le corps caverneux, produisant l'érection). À plus forte concentration, elle bloque aussi les récepteurs α1‑adrénergiques et produit une hypotension artérielle. Réputée aphrodisiaque.

Inscrite à la Pharmacopée Européenne, monographie 01/2008, 2172 (chlorhydrate de).

Utilisation médicale, sous forme de chlorhydrate, en traitement d'appoint de l'insuffisance érectile, en fort déclin car marge thérapeutique étroite et balance bénéfices-risques mal évaluée ; la yohimbine a été également utilisée pour corriger l'hypotension orthostatique, en particulier celle induite par les antidépresseurs tricycliques.
De nombreux produits contenant des doses très variables de yohimbine, potentiellement dangereux (risque de surdosage), sont proposés sur internet.
Le terme δ‑yohimbine, autrefois utilisé, est un synonyme (à éviter, car structurellement impropre) de la raubasine .