Antihypertenseur

    Dernière modification de cette page le 25 avril 2017
    Anglais : antihypertensive
    Espagnol : antihipertensivo
    Étymologie : grec άντί anti opposé à et ύπέρ huper excès, latin tensĭo tension
    adj. et n. m. Qualifie ou désigne une substance utilisée pour ramener à un niveau normal la pression artérielle, lorsque celle-ci est élevée (pression systolique supérieure à 160 mmHg, pression diastolique supérieure à 90 mmHg).

    Les antihypertenseurs, généralement utilisés par voie orale en monothérapie ou en association, appartiennent à de nombreuses classes pharmacologiques et chimiques. Ils comprennent :
    1- des diurétiques thiazidiques, agissant par inhibition de la réabsorption du chlore et du sodium, principalement au niveau de l'anse du néphron (furosémide…), d'épargne potassique (spironolactone),
    2- des bêta-bloqueurs (propranolol...),
    3- des inhibiteurs du système rénine-angiotensine (inhibiteurs de rénine (aliskirène), de l'enzyme de conversion (captopril, énalapril, ramipril, perindopril...), antagonistes des récepteurs AT1 de l’angiotensine II (sartans),
    4- des antagonistes calciques (nifédipine...),
    5- des antihypertenseurs d'action centrale (alpha-méthyl-dopa et dérivés de la guanidine, clonidine et apparentés),
    6- des alpha-bloqueurs, dérivés de la guanidine (prazosine) ou de l'urée (urapidil),
    7- d’autres substances à action vasculaire directe, dérivées de la guanidine (minoxidil) ou non (dihydralazine).

    En cas d'urgence, certains antihypertenseurs sont administrés par voie perlinguale (nifédipine, antagoniste calcique) ou par voie IV : antagonistes calciques, urapidil, antihypertenseurs d'action centrale (clonidine, bloqueur alpha-1 adrénergique), agonistes potassiques (diazoxide), vasodilatateur (nitroprussiate de sodium).


    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres
    Dernière modification le 25 avril 2017, à 20:01