Groupe 22:Satralizumab : Différence entre versions

De Acadpharm
Aller à : Navigation, rechercher
[version vérifiée][version vérifiée]
(Lien sur Anticorps vers Anticorps)
(5 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
|VM_Rédigé=Oui
 
|VM_Rédigé=Oui
 
|VM_Relu_fond=Oui
 
|VM_Relu_fond=Oui
|VM_Relu_forme=Oui
+
|VM_Relu_forme=Non
 
|VM_Groupes=22
 
|VM_Groupes=22
 
|VM_Traduction_requise=Oui
 
|VM_Traduction_requise=Oui
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
|VM_Sous-entrée_italique=Non
 
|VM_Sous-entrée_italique=Non
 
|VM_Synonyme=sapélizumab (ancienne dénomination)
 
|VM_Synonyme=sapélizumab (ancienne dénomination)
|VM_Définition=[[Anticorps|Anticorps]] monoclonal humanisé dirigé contre le récepteur de l’[[Interleukine|interleukine 6]], IL-6R (ou CD126). L'[[Interleukine|IL-6]] et son récepteur sont impliqués dans la production d’auto-[[Anticorps|anticorps]] dirigés contre l'[[Aquaporine|aquaporine 4]] (AQP4), canal à eau transmembranaire  exprimé notamment  sur les cellules épendymaires bordant les ventricules et dans tous les [[Astrocyte|astrocytes]] du système nerveux. Ces auto-[[Anticorps|anticorps]] anti-AQP4 sont présents  chez environ  2/3 des patients atteints de neuromyélite optique (NMO,  maladie de Devic), maladie autoimmune démyélinisante sévère et récidivante touchant préférentiellement la moelle épinière (myélite) et les nerfs optiques (névrite optique).
+
|VM_Définition=Anticorps monoclonal humanisé, de type immunoglobuline G2 κ, qui se lie au récepteur de l’interleukine 6 (RIL 6 ou CD126), de façon pH-dépendante. Ce récepteur est impliqué dans la production d’auto-anticorps anti-aquaporine de type 4 (anti-AQP4, pour anti-aquaporin-4).
|VM_Commentaires=Indiqué dans le traitement des  patients adultes et adolescents présentant des désordres du spectre de la neuromyélite optique ((NMOSD).
+
|VM_Commentaires=Il est indiqué dans le traitement de patients adultes souffrant d’un trouble du spectre de la neuromyélite optique (maladie de Devic), maladie auto-immune dans laquelle la barrière hématoencéphalique est fragilisée. La cible de l’attaque auto-immune est une protéine appelée aquaporine 4, présente à la surface des cellules ayant un rôle de support (astrocytes) dans le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques.<br />Cf interleukine, aquaporine, astrocyte.
 
|VM_Légende_illustration=Satralizumab.
 
|VM_Légende_illustration=Satralizumab.
 
|VM_Position_illustration=Right
 
|VM_Position_illustration=Right
 
|VM_Dimension_illustration=1.25
 
|VM_Dimension_illustration=1.25
 
}}
 
}}

Version du 15 janvier 2020 à 17:46

NE PAS PUBLIER - RELECTURE EN COURS (forme) 22

Synonyme(s) : sapélizumab (ancienne dénomination)
n. m. (DCI). Anticorps monoclonal humanisé, de type immunoglobuline G2 κ, qui se lie au récepteur de l’interleukine 6 (RIL 6 ou CD126), de façon pH-dépendante. Ce récepteur est impliqué dans la production d’auto-anticorps anti-aquaporine de type 4 (anti-AQP4, pour anti-aquaporin-4).

Il est indiqué dans le traitement de patients adultes souffrant d’un trouble du spectre de la neuromyélite optique (maladie de Devic), maladie auto-immune dans laquelle la barrière hématoencéphalique est fragilisée. La cible de l’attaque auto-immune est une protéine appelée aquaporine 4, présente à la surface des cellules ayant un rôle de support (astrocytes) dans le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques.
Cf interleukine, aquaporine, astrocyte.