Modifier Publication : Urushiol

Aller à : Navigation, rechercher

Vous n'êtes pas autorisé(e) à modifier cette page, pour la raison suivante :

Les ajouts et mises à jour de la base de données sont actuellement bloqués, probablement pour permettre la maintenance de la base, après quoi, tout rentrera dans l'ordre.

L'administrateur ayant verrouillé la base de données a fourni l'explication suivante :
Le dictionnaire est en cours de migration


Urushiol selon Groupe 4


Pharmacognosie



Groupe 4-Urushiol.png

Anglais : urushiol
Espagnol : urushiol
Étymologie : japonaisうるし urushi désignant la laque produite en Extrême-Orient par l’arbre à laque (ki-urushi), suffixe –ol
n. m. Terme désignant un mélange huileux, en proportions variables, de substances o-diphénoliques, chacune portant une longue chaîne alkyle en C15 ou C17, saturée ou plus ou moins insaturée (une à trois doubles liaisons), présentes dans la sève résineuse de certains sumacs (arbres, arbustes ou lianes appartenant au genre Toxicodendron, Anacardiaceae), originaires principalement de l’Amérique du Nord (États-Unis) et de l’Asie du Sud-Est. Par contact de la peau avec les différents organes du sumac, l’urushiol provoque, chez des individus préalablement sensibilisés, des dermatites de contact allergiques aiguës pouvant être sévères (possibles complications de nature allergique ou infectieuse), la gravité dépendant de la longueur et du degré d’insaturation de la chaîne portée par les différents o-diphénols présents dans le sumac en cause ; ces dermatites constituent aux États-Unis un réel problème de santé publique.

Par gemmage du laquier (« arbre à laque », « vernis du Japon », poussant et cultivé dans certaines régions de Chine, de Corée, du Japon), Toxicodendron vernicifluum (Stokes) F.A. Barkley, la sève résineuse qui s’écoule, contenant l’urushiol, est recueillie ; par oxydation et polymérisation, se forme la laque servant à produire des objets d’art laqués.
Les substances
o-diphénoliques de l'urushiol sont, par leur structure et leur biogenèse, étroitement apparentées aux acides anacardiques présents dans d’autres Anacardiaceae (par exemple, dans le fruit [anacarde ou « noix de cajou »] de l’anacardier, Anacardium occidentale L., et également en faible quantité dans les feuilles du ginkgo, Ginkgo biloba L., Ginkgoaceae ; au même titre que les constituants de l'urushiol, les acides anacardiques possèdent un notable potentiel allergénique.
Cf sumac.



Titre, classement et liens internes

Utilisez ce champ pour modifier l'affichage du titre, par exemple pour afficher des caractères non ASCII. Affichage titre : Le titre est affiché en gras par défaut. Décochez cette case pour outrepasser ce paramètre. G Cochez cette case pour afficher le titre en italique. I
Utilisez ce champ pour modifier le classement par défaut. Par exemple pour classer Syndrome d'Aarksog sous A plutôt que sous S. Dans le cas de mots comportant des caractères accentués, vérifier que ce champ contient le mot écrit sans accents. Clé de classement :
Utilisez ce champ pour insérer en sous-titre un complément à l'entrée, par exemple un nom vernaculaire ou une formule chimique. Sous-titre :
Cochez cette case si vous estimez que cette entrée doit être liée dans les corps des autres définitions du dictionnaire. Cible de liens internes et variantes : Cette case est réservée aux directeurs de publication. Elle est requise pour activer la mise en place des liens vers cette entrée
Écrivez ici la liste des variantes de la cible que vous souhaitez lier à cette entrée, séparées par des points-virgule. Inutile de répéter l'entrée elle-même. Par exemple, dans l'entrée "Cheval", mettez "chevaux;chevalin,équidé" pour que les mots "chevaux, chevalin, chevaline, chevalins, chevalines, équidé; équidée; équidés; équidées" soient liés à l'entrée "Cheval", en plus du mot "cheval" lui même.

Sous-définition de groupe
Sélectionnez dans la liste le groupe dont vous voulez publier la sous-définition. Groupe :

Annuler