A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Aérosol

De acadpharm
Révision datée du 11 mars 2021 à 13:14 par Automate-maintenance (discussion | contributions) (Mise à jour date de révision)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 11 mars 2021
Anglais : aerosol
Espagnol : aerosol
Étymologie : grec ἀήρ aếr air français sol emprunté à l'anglais sol (forme abrégée de l'anglais solution)
n. m. Dispersion d'un produit solide ou liquide dans un gaz. Selon les conditions de fabrication, le diamètre des particules peut varier entre 0,001 et 10 μm.

Dans le cas des préparations pharmaceutiques destinées à la voie respiratoire, le lieu de dépôt dépend du diamètre aérodynamique. Les grosses particules d’un diamètre aérodynamique de 100 μm, sont arrêtées par le nez, celles de 10 μm parviennent dans la trachée. Pour atteindre l'alvéole pulmonaire, le diamètre aérodynamique doit être inférieur à 3 μm. Il détermine en outre le mode de dépôt sur la muqueuse. Les plus petites particules se déposent par impact, les grosses par sédimentation. Au-dessous de 0,5 μm, par mouvement brownien avec diffusion, elles parviennent éventuellement jusqu'aux membranes alvéolaires mais peuvent aussi être exhalées.
Le terme «aérosol» est utilisé improprement mais couramment, pour désigner des produits conditionnés sous pression à usage divers, par exemple pharmaceutique (collutoires), ménager (peintures). Il est utilisé aussi, tout aussi improprement, pour désigner des appareils dispersant dans l’air des particules liquides ou solides. Cf spray.
Les nuages atmosphériques dont le diamètre des particules d'eau n'excède pas 0,4 mm, le brouillard dont les particules sont comprises entre 2 et 20 μm, la fumée sont des aérosols naturels.




Cosmétologie



Le terme « aérosol » correspond en fait à un conditionnement pressurisé parfois appelé bombe aérosol ou spray. Il se présente comme un récipient le plus souvent métallique (aluminium) résistant à la pression interne, destiné à maintenir une préparation et à la délivrer par pulvérisation au travers d’une valve adaptée. La préparation peut être une solution, une émulsion, une suspension, voire une poudre, délivrées respectivement sous forme de brume, de mousse, de particules de granulométrie bien déterminée. Ce type de conditionnement est très répandu et apprécié, par exemple pour la délivrance des eaux thermales, des mousses à raser, des laques capillaires. Qu’il s’agisse d’aérosols avec des gaz propulseurs comprimés, par exemple l’azote, ou avec des gaz propulseurs liquéfiés, par exemple le butane, les contrôles et l’étiquetage doivent répondre à la réglementation cosmétique européenne. Comme pour les générateurs d’aérosols, des conseils de prudence d’utilisation bien lisibles et détaillés sont inscrits sur le flacon pressurisé et si le gaz est inflammable le symbole d’une flamme est représenté.