A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Modifier Publication : Fluor

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous ne pouvez pas modifier cette page, pour les raisons suivantes :

  • L’action que vous essayez de réaliser n’est permise qu’aux utilisateurs d’un des groupes : Utilisateurs, Correcteurs, Redacteurs, Responsable-Maintenance, Redacteurs-Groupe_1, Redacteurs-Groupe_2, Redacteurs-Groupe_3, Redacteurs-Groupe_4, Redacteurs-Groupe_5, Redacteurs-Groupe_6, Redacteurs-Groupe_7, Redacteurs-Groupe_8, Redacteurs-Groupe_9, Redacteurs-Groupe_10, Redacteurs-Groupe_11, Redacteurs-Groupe_12, Redacteurs-Groupe_13, Redacteurs-Groupe_14, Redacteurs-Groupe_15, Redacteurs-Groupe_16, Redacteurs-Groupe_17, Redacteurs-Groupe_18, Redacteurs-Groupe_19, Redacteurs-Groupe_20, Redacteurs-Groupe_21, Redacteurs-Groupe_22, Redacteurs-Groupe_23, Redacteurs-Groupe_24, Redacteurs-Groupe_25, Redacteurs-Groupe_1bis, Redacteurs-Groupe_5b, Redacteurs-Groupe_5m, Redacteurs-Groupe_15bis.
  • Vous n’avez pas la permission de modifier les pages de l’espace de noms « Page ».

Fluor selon Groupe 9
Anglais : fluorine
Espagnol : flúor
Étymologie : latin flǔǒr écoulement, flux de la mer, diarrhée, courant d'air
n. m. 199F, Élément de la 17e colonne de la classification périodique, appartenant au groupe des halogènes. Le fluor sous la forme de fluorures, F-, provient essentiellement de l'alimentation et peut être incorporé dans les os et les dents sous la forme de fluoroapatites. Les besoins en fluor se situent chez l'adulte entre 1,45 et 2,9 mg/kg/j. Ils sont assurés principalement par l'eau de boisson, mais la teneur des différentes eaux de sources ou minérales est très variable; certaines eaux en sont riches (exemple : eau de Saint-Yorre), d'où supplémentation éventuelle pour compenser les carences; le sel de cuisine est ainsi supplémenté systématiquement en fluorure de sodium. Les fluorures minéraux (NAF, CAF2) sont introduits dans des dentifrices contre les caries dentaires, à des concentrations limitées à 1500 ppm pour usage en OTC.

Des intoxications aiguës sont observées après absorption de fortes doses de fluorures ou au cours d'emplois industriels (fluorure d'aluminium). La dose mortelle chez l'Homme est voisine de 5 mg/kg. L'hypocalcémie liée à l'insolubilité du fluorure de calcium est à l'origine de la mortalité. Après ingestion de fluorures alcalins, les signes d'intoxication sont principalement digestifs (douleurs abdominales, vomissements, diarrhées), mais également neurologiques (convulsions, perte de connaissance). L'inhalation du gaz peut conduire à un œdème pulmonaire, des irritations des muqueuses et des brûlures cutanées. En cas d'exposition chronique, on observe de la fluorose se traduisant par une érosion dentaire, des lésions osseuses (avec possibilité de fractures spontanées) et ligamentaires provoquant des douleurs ostéoarticulaires.
Les chlorofluorocarbones (CFC) sont employés comme fluides en réfrigération et comme gaz propulseurs d'aérosols, mais ils risquent de détruire, en haute atmosphère, la couche d'ozone, ce qui conduit à une réglementation et une limitation de leur emploi. Il faut mentionner également l'emploi du fluorure de sodium pour le recueil du sang (action anticoagulante et inhibitrice de la glycolyse).

Historique : La première préparation de fluor a été réalisée en 1886 par le pharmacien Henri Moissan, prix Nobel de chimie en 1906.


Fluor 18 (18F)

Anglais : fluorine 18
Espagnol : flúor 18
Isotope radioactif émetteur de positons. Le fluor 18 radioactif (période de 109,8 minutes) se décompose en oxygène‑18 en émettant un électron positif ou positon (β+) qui s’annihile avec un électron libre (β-) du milieu en produisant deux photons γ. Ces deux photons γ, de très haute énergie (511 keV chacun), émis à 180° l’un de l’autre, sont détectés par une γ-caméra, permettant la localisation du lieu de leur émission et donc la concentration du traceur en chaque point de l’organisme.

Utilisé en imagerie médicale (tomographie par émission de positons, TEP).
Cf fluorodopa, fluorodésoxyglucose.



Titre, classement et liens internes

Utilisez ce champ pour modifier l'affichage du titre, par exemple pour afficher des caractères non ASCII. Affichage titre : Le titre est affiché en gras par défaut. Décochez cette case pour outrepasser ce paramètre. G Cochez cette case pour afficher le titre en italique. I
Utilisez ce champ pour modifier le classement par défaut. Par exemple pour classer Syndrome d'Aarksog sous A plutôt que sous S. Dans le cas de mots comportant des caractères accentués, vérifier que ce champ contient le mot écrit sans accents. Clé de classement :
Utilisez ce champ pour insérer en sous-titre un complément à l'entrée, par exemple un nom vernaculaire ou une formule chimique. Sous-titre :
Cochez cette case si vous estimez que cette entrée doit être liée dans les corps des autres définitions du dictionnaire. Cible de liens internes et variantes : Cette case est réservée aux directeurs de publication. Elle est requise pour activer la mise en place des liens vers cette entrée
Écrivez ici la liste des variantes de la cible que vous souhaitez lier à cette entrée, séparées par des points-virgule. Inutile de répéter l'entrée elle-même. Par exemple, dans l'entrée "Cheval", mettez "chevaux;chevalin,équidé" pour que les mots "chevaux, chevalin, chevaline, chevalins, chevalines, équidé; équidée; équidés; équidées" soient liés à l'entrée "Cheval", en plus du mot "cheval" lui même.

Sous-définition de groupe
Sélectionnez dans la liste le groupe dont vous voulez publier la sous-définition. Groupe :

Annuler