A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Groupe 4:Mafodotine : Différence entre versions

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
[version vérifiée][version vérifiée]
Ligne 20 : Ligne 20 :
 
|VM_Espagnol=mafodotina
 
|VM_Espagnol=mafodotina
 
|VM_Définition=Terme désignant une entité chimique constituée d’un puissant agent [[Antimitotique|antimitotique]], la [[Monométhylauristatine|monométhylauristatine F]] (abréviation MMAF) et d’un bras espaceur maléimidocaproïque, permettant la liaison de la MMAF à un anticorps monoclonal, formant ainsi un [[Immunoconjugué|immunoconjugué]] (conjugué anticorps-médicament : ''antibody-drug conjugate = ADC''). Après fixation de l'[[Immunoconjugué|immunoconjugué]] sur l'antigène ciblé par l'anticorps monoclonal, internalisation par [[Endocytose|endocytose]] puis élimination spontanée de l’espaceur ; ainsi l’agent cytotoxique (la MMAF) est libéré directement au sein des cellules cancéreuses ciblées dans le but de diminuer sa toxicité générale. La MMAF, de structure proche de celle de la [[Monométhylauristatine|monométhylauristatine E]] (MMAE), est un analogue synthétique simplifié de la [[Dolastatine|dolastatine 10]], conçu sur le modèle structural de ce peptide naturel isolé d’un mollusque marin, ''Dolabella auricularia'' Lightfood. Très puissante activité [[Antimitotique|antimitotique]] résultant de l’inhibition de l’assemblage des [[Tubuline|tubulines]] en [[Microtubule|microtubules]].
 
|VM_Définition=Terme désignant une entité chimique constituée d’un puissant agent [[Antimitotique|antimitotique]], la [[Monométhylauristatine|monométhylauristatine F]] (abréviation MMAF) et d’un bras espaceur maléimidocaproïque, permettant la liaison de la MMAF à un anticorps monoclonal, formant ainsi un [[Immunoconjugué|immunoconjugué]] (conjugué anticorps-médicament : ''antibody-drug conjugate = ADC''). Après fixation de l'[[Immunoconjugué|immunoconjugué]] sur l'antigène ciblé par l'anticorps monoclonal, internalisation par [[Endocytose|endocytose]] puis élimination spontanée de l’espaceur ; ainsi l’agent cytotoxique (la MMAF) est libéré directement au sein des cellules cancéreuses ciblées dans le but de diminuer sa toxicité générale. La MMAF, de structure proche de celle de la [[Monométhylauristatine|monométhylauristatine E]] (MMAE), est un analogue synthétique simplifié de la [[Dolastatine|dolastatine 10]], conçu sur le modèle structural de ce peptide naturel isolé d’un mollusque marin, ''Dolabella auricularia'' Lightfood. Très puissante activité [[Antimitotique|antimitotique]] résultant de l’inhibition de l’assemblage des [[Tubuline|tubulines]] en [[Microtubule|microtubules]].
|VM_Commentaires=Plusieurs [[Immunoconjugué|immunoconjugués]] comportant la mafodotine sont en cours d’évaluation clinique plus ou moins avancée ; l’un d’entre eux, le bélantamab mafodotine (DCI), peut déjà être utilisé en thérapeutique selon des modalités particulières. Il est disponible en France depuis novembre 2019 dans le cadre d’ATU nominatives, pour le traitement du myélome multiple, en rechute ou réfractaire, en monothérapie, chez les patients ayant reçu au moins trois lignes de traitement antérieures comprenant au moins un agent immunomodulateur, un inhibiteur de protéasome et un anti-CD38, et dont la maladie a progressé lors du dernier traitement ; au début de 2020, une demande d’AMM pour le [[Bélantamab mafodotine|bélantamab mafodotine]] a été validée par l’EMA. Aux États-Unis, la FDA en janvier 2020 a accordé un examen prioritaire à cet [[Immunoconjugué|immunoconjugué]] dans une indication identique à celle figurant ci-dessus. Au cours des essais cliniques, les effets indésirables de grade 3 ou 4 les plus fréquents ont été des kératopathies, des thrombopathies et des anémies.<br/>Parmi les autres [[Immunoconjugué|immunoconjugués]] comportant la mafodotine actuellement étudiés figurent notamment le dépatuxizumab mafodotine, le dénintuzumab mafodotine, le vorsetzumab mafodotine.
+
|VM_Commentaires=Plusieurs [[Immunoconjugué|immunoconjugués]] comportant la mafodotine sont en cours d’évaluation clinique plus ou moins avancée ; l’un d’entre eux, le [[Bélantamab mafodotine|bélantamab mafodotine]] (DCI), peut déjà être utilisé en thérapeutique selon des modalités particulières. Il est disponible en France depuis novembre 2019 dans le cadre d’ATU nominatives, pour le traitement du myélome multiple, en rechute ou réfractaire, en monothérapie, chez les patients ayant reçu au moins trois lignes de traitement antérieures comprenant au moins un agent immunomodulateur, un inhibiteur de protéasome et un anti-CD38, et dont la maladie a progressé lors du dernier traitement ; au début de 2020, une demande d’AMM pour le bélantamab mafodotine a été validée par l’EMA. Aux États-Unis, la FDA en janvier 2020 a accordé un examen prioritaire à cet [[Immunoconjugué|immunoconjugué]] dans une indication identique à celle figurant ci-dessus. Au cours des essais cliniques, les effets indésirables de grade 3 ou 4 les plus fréquents ont été des kératopathies, des thrombopathies et des anémies.<br/>Parmi les autres [[Immunoconjugué|immunoconjugués]] comportant la mafodotine actuellement étudiés figurent notamment le dépatuxizumab mafodotine, le dénintuzumab mafodotine, le vorsetzumab mafodotine.
 
|VM_Illustration=Groupe 4-Mafodotine.png
 
|VM_Illustration=Groupe 4-Mafodotine.png
 
|VM_Légende_illustration=Mafodotine.
 
|VM_Légende_illustration=Mafodotine.

Version du 14 mai 2020 à 17:22


Pharmacognosie



Mafodotine.

Anglais : mafodotin
Espagnol : mafodotina
n. m. Terme désignant une entité chimique constituée d’un puissant agent antimitotique, la monométhylauristatine F (abréviation MMAF) et d’un bras espaceur maléimidocaproïque, permettant la liaison de la MMAF à un anticorps monoclonal, formant ainsi un immunoconjugué (conjugué anticorps-médicament : antibody-drug conjugate = ADC). Après fixation de l'immunoconjugué sur l'antigène ciblé par l'anticorps monoclonal, internalisation par endocytose puis élimination spontanée de l’espaceur ; ainsi l’agent cytotoxique (la MMAF) est libéré directement au sein des cellules cancéreuses ciblées dans le but de diminuer sa toxicité générale. La MMAF, de structure proche de celle de la monométhylauristatine E (MMAE), est un analogue synthétique simplifié de la dolastatine 10, conçu sur le modèle structural de ce peptide naturel isolé d’un mollusque marin, Dolabella auricularia Lightfood. Très puissante activité antimitotique résultant de l’inhibition de l’assemblage des tubulines en microtubules.

Plusieurs immunoconjugués comportant la mafodotine sont en cours d’évaluation clinique plus ou moins avancée ; l’un d’entre eux, le bélantamab mafodotine (DCI), peut déjà être utilisé en thérapeutique selon des modalités particulières. Il est disponible en France depuis novembre 2019 dans le cadre d’ATU nominatives, pour le traitement du myélome multiple, en rechute ou réfractaire, en monothérapie, chez les patients ayant reçu au moins trois lignes de traitement antérieures comprenant au moins un agent immunomodulateur, un inhibiteur de protéasome et un anti-CD38, et dont la maladie a progressé lors du dernier traitement ; au début de 2020, une demande d’AMM pour le bélantamab mafodotine a été validée par l’EMA. Aux États-Unis, la FDA en janvier 2020 a accordé un examen prioritaire à cet immunoconjugué dans une indication identique à celle figurant ci-dessus. Au cours des essais cliniques, les effets indésirables de grade 3 ou 4 les plus fréquents ont été des kératopathies, des thrombopathies et des anémies.
Parmi les autres immunoconjugués comportant la mafodotine actuellement étudiés figurent notamment le dépatuxizumab mafodotine, le dénintuzumab mafodotine, le vorsetzumab mafodotine.