Ouvrir le menu principal
Dernière modification de cette page le 19 mars 2019
Kétamine.

n. f. (DCI). Composé de la famille des cycloalkylarylamines, antagoniste non compétitif et non sélectif des différents sous-types de récepteurs de l'acide N-méthyl-aspartique (NMDA). À forte dose, il agit aussi sur d'autres récepteurs, comme les récepteurs des opiacés, et sur des canaux ioniques comme les canaux calciques dépendants du potentiel.
La kétamine exerce de nombreux effets pharmacologiques : anesthésie, analgésie, hypertension artérielle, augmentation du tonus musculaire, bronchodilatation. Elle a également des effets psychopharmacologiques : hallucinations, perte de mémoire à court et à long termes, perte de conscience.
La kétamine utilisée est le composé racémique, mélange des deux énantiomères S(+) et R(-). L’énantiomère S(+) ou eskétamine est le plus actif. L’arkétamine, ou (R)-kétamine, n’a jamais été mise sur le marché.

Inscrite sur la liste des Médicaments essentiels de l'OMS et à la Pharmacopée Européenne, monographie 07/2011, 1020 (chlorhydrate de).

Principalement utilisée pour induire et maintenir l'anesthésie générale en médecine humaine et médecine vétérinaire (anesthésie dissociative), souvent en association avec un sédatif.
Des recherches sont en cours sur l'utilité potentielle de la kétamine pour traiter la douleur, la dépression, l'alcoolisme et la dépendance à l'héroïne.
Son usage est détourné illégalement comme agent psychédélique. La forme injectable est classée comme stupéfiant ; la kétamine peut entraîner, chez le consommateur régulier, des troubles psychologiques du type paranoïa et égocentrisme.
En 2019, la FDA a accordé un avis favorable à l'énantiomère S(+), l'eskétamine, pour le traitement des dépressions majeures résistantes.