Ouvrir le menu principal
Dernière modification de cette page le 15 janvier 2016
Synonyme(s) : normolipidémiant
Anglais : lipid lowering agent
Espagnol : normolipemiante
Étymologie : latin norma équerre, règle, loi, grec λίπος lípos graisse animale et αἶμα haîma
adj. et n. m. Qualifie ou désigne une substance capable d'abaisser la concentration plasmatique des lipides, triglycérides et cholestérol. Les molécules normolipémiantes se distinguent les unes des autres par leur mécanisme d'action, leur impact sur les différents lipoprotéines transportant le cholestérol et les triglycérides, ainsi que par leurs effets indésirables. Cf lipoprotéine. Les principales familles de substances normolipémiantes sont :
1- les inhibiteurs de la synthèse des triglycérides, les fibrates (fénofibrate, benzofibrate, ciprofibrate, gemfibrozil...) dont l'action repose essentiellement sur la régulation transcriptionnelle de gènes cibles, médiée par un récepteur nucléaire spécifique, le PPARα (Peroxysome proliferator activated-receptor). Cf PPARα.
2- les inhibiteurs de la synthèse du cholestérol, les statines (pravastatine, simvastatine, atorvastatine, rosuvastatine...) qui agissent par inhibition compétitive de l'enzyme limitante de la synthèse du cholestérol, l'HMG-CoA réductase, réduisant ainsi les concentrations cellulaires de cholestérol. Secondairement, il se produit une activation du nombre de récepteurs des LDL, d’où captation accrue des LDL et diminution du LDL-cholestérol plasmatique. Cf statines.
3- les inhibiteurs de la proprotéine convertase PCSK9 (Proprotéine convertase subtilisine/kexine de type 9), anticorps monoclonaux dirigés contre cette enzyme, qui, en s'opposant à son action sur la dégradation des récepteurs des LDL, augmentent la captation des LDL, diminuant ainsi le LDL-cholestérol plasmatique.
Indiqués en deuxième intention dans certaines hypercholestérolémies résistantes aux mesures diététiques et au traitement par les statines, ou chez les patients présentant des résistances aux statines. Cf PCSK9, alirocumab, evolocumab.
4- les inhibiteurs de l'absorption digestive des lipides, agissant soit par chélation des acides biliaires dans le jéjunum (cholestyramine, colestipol), ce qui conduit à une augmentation du catabolisme hépatique du cholestérol et une augmentation des récepteurs des LDL d’où diminution du LDL-cholestérol, soit par inhibition du transport du cholestérol au niveau du jéjunum (par exemple, ézétimibe).
5- les substances agissant indirectement sur la synthèse des composés lipidiques, cholestérol, triglycérides (par inhibition de la lipolyse, diminution des acides gras libres...) ainsi que des lipoprotéines de transport (dérivés nicotiniques, type niacine).
6- les substances soufrées qui agissent en augmentant la vitesse d'élimination du cholestérol et des lipides totaux (par exemple, tiadénol).