A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Peptide

De acadpharm
Révision datée du 8 mars 2017 à 12:17 par Automate-maintenance (discussion | contributions) (Mise à jour date de révision)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017
Anglais : peptide
Espagnol : péptido
Étymologie : grec πέψις pépsis cuisson, maturation, digestion, suffixe -ide
n. m. Molécule constituée d'acides aminés, identiques ou différents, reliés essentiellement de façon linéaire, par des liaisons dites peptidiques résultant de l'amidification du groupe carboxyle d'un acide aminé par la fonction amine de l'acide aminé suivant. Un peptide comportant peu d'unités « acide aminé » est appelé « oligopeptide », et peut porter le nom de dipeptide, tripeptide, tétrapeptide etc. en fonction du nombre d'acides aminés entrant dans sa composition. Un peptide comportant un grand nombre d'acides aminés est appelé « polypeptide ».



Biochimie - Physiologie



Peptide C

Synonyme(s) : C-peptide
Anglais : C-peptide
Espagnol : péptido C
Polypeptide de 31 acides aminés présent dans la proinsuline et reliant les deux peptides qui constitueront les chaînes A et B de l'insuline. Est libéré sous l'action séquentielle de deux endopeptidases et d'une carboxypeptidase qui éliminent les deux paires d'acides aminés situés aux deux points de clivage.

La sécrétion d'insuline s'accompagnant d'une libération équimolaire de peptide‑C, son dosage dans le plasma permet de différencier l'insuline endogène de l'insuline thérapeutique.

Peptide cérébral natriurétique (BNP)

Synonyme(s) : peptide natriurétique de type B
Anglais : brain natriuretic peptide (BNP)
Espagnol : péptido natriurético cerebral
Peptide natriurétique, à propriétés vasodilatatrices natriurétiques et inhibitrices des systèmes vasoconstricteurs. Identifié dans le cerveau, il est sécrété majoritairement par les cellules musculaires cardiaques. Sa demi-vie plasmatique est de 20 min environ.

Il est utilisé comme marqueur de diagnostic de l’insuffisance cardiaque et, au cours du suivi, comme marqueur de pronostic en raison de l’activation de sa sécrétion par le ventricule gauche (diagnostic étiologique des dyspnées par insuffisance cardiaque).

Le précurseur du BNP, le NT-proBNP, dénué d’activité biologique et sécrété dans les mêmes circonstances, avec une demi-vie plasmatique de 60 à 120 min, est également un marqueur de l'insuffisance cardiaque. Des concentrations plasmatiques inférieures à 100 ng/L pour le BNP et à 300 ng/L pour le NT-proBNP sont d’excellentes valeurs prédictives négatives permettant d’exclure l’origine cardiaque d’une dyspnée.



Peptide natriurétique atrial (ANP)

Cf facteur natriurétique atrial.


Peptide RGD

Anglais : RGD peptide
Espagnol : péptido RGD
Peptide dont la séquence en acides aminés (arginine-glycine-acide aspartique ou RGD) permet la liaison aux intégrines.

Les intégrines sont des récepteurs, exprimés à la surface des cellules, contribuant à de nombreux processus physiologiques comme l'adhésion à la matrice extracellulaire ou la signalisation intracellulaire.


Peptide signal

Anglais : signal peptide
Espagnol : péptido señal
Segment peptidique composé de 15 à 30 acides aminés présent à l'extrémité N‑terminale d'une protéine, indiquant à la machinerie cellulaire que cette protéine doit poursuivre son chemin dans le réticulum endoplasmique hors du lieu de sa synthèse.

De nature hydrophobe, il permet la translocation de la protéine à travers la membrane du réticulum endoplasmique. Il est ensuite éliminé de la protéine mature par une signal-peptidase provenant de la lumière du réticulum.


Peptide vasoactif intestinal

Anglais : vasoactive intestinal peptide (VIP)
Espagnol : péptido vasoactivo intestinal
Polypeptide de 28 acides aminés découvert, en 1970, dans l'intestin grêle du porc. Sa structure présente des analogies avec celle d'autres peptides (en particulier glucagon, sécrétine). La séquence du gène est connue. Le VIP agit par l'intermédiaire de récepteurs métaboliques. Localisé à la périphérie (estomac, pancréas, plexus de Meissner et Aouerbach), et dans le système nerveux central (cortex, amygdale, hippocampe, hypothalamus), il exerce de multiples fonctions physiologiques : relaxation des fibres lisses du tractus gastro-intestinal, stimulation des sécrétions pancréatiques exocrine et endocrine, hyperglycémie, sécrétion d'eau et d'électrolytes au niveau intestinal, hypothermie, libération de gonadostimulines, inhibition de la sécrétion d'acide gastrique. Il induit également une augmentation de l'inotropisme cardiaque et une vasodilatation cérébrale et périphérique (notamment coronaire).



Microbiologie



Peptide antimicrobien

Anglais : antimicrobial peptide (AMP), host defense peptide (HDP)
Espagnol : péptido antimicrobiano
Peptide d’origine végétale ou animale agissant sur le système immunitaire inné. Présents essentiellement sur la peau et dans les parois intestinale et pulmonaire, les peptides antimicrobiens (PAM) exercent des effets anti-inflammatoires et anti-infectieux.
Ce sont des molécules de petite taille, amphiphiles, regroupées en classes selon leur caractère cationique (exemple : défensines, cathélicidines) ou anionique. Leur mode d’action étudié sur les bactéries (Gram positif et Gram négatif) passe essentiellement par une insertion dans les membranes de l'agent infectieux entraînant la formation de pores. Il en résulte une fuite d’ions et de métabolites, une dépolarisation suivie de la mort de la bactérie.
Le mécanisme d’action sur les virus est encore imprécis.


Pharmacie galénique



Peptide pénétrant

Anglais : cell-penetrating peptide
Espagnol : péptido que pénétra
Peptide naturel ou synthétique capable de passer les barrières membranaires et d’entrer dans les cellules par translocation directe au travers de la membrane plasmique ou par endocytose.

Peptide vecteur

Anglais : peptide delivery vector
Espagnol : péptido vector
Peptide naturel ou synthétique facilitant le passage des barrières membranaires (et cellulaires en particulier) à des médicaments, à des macromolécules biologiques (comme des protéines ou des acides nucléiques) ou à des nanoparticules associées, à lui, de manière covalente ou non covalente.

Leur utilisation en clinique, pour améliorer la biodisponibilité de biomolécules, fait l’objet de nombreux développements.