Ouvrir le menu principal
Dernière modification de cette page le 02 mars 2017
Étymologie : grec πνεύµων pneúmôn ou πλεύµων pleúmôn poumon, latin vīrus suc, jus, humeur, venin, poison, mauvaise odeur, puanteur
n. m. Genre de virus de la famille des Paramyxoviridae, avec les 2 groupes antigéniques A et B de virus respiratoire syncytial (VRS). Virus à ARN monocaténaire de polarité négative, non segmenté, possédant une enveloppe couverte de projections de glycoprotéine G responsable de l'attachement du virion sur des récepteurs cellulaires différents de ceux des paramyxovirus, sans propriété hémagglutinante ou neuraminidasique. In vitro, effet cytopathogène caractérisé par la présence d'importants syncytia. Pouvoir pathogène important, pour le nourrisson de deux à six mois, avec lyse des cellules épithéliales ciliées. L'inflammation résultante est à l'origine d'un encombrement bronchiolaire et entraîne fièvre, toux sèche, gêne respiratoire, malaise, vomissements, anorexie et parfois bronchiolite aiguë, voire pneumopathie. La maladie débute par une infection nasale qui s'étend aux sinus, à l'oreille moyenne et gagne le tractus respiratoire inférieur, trachée, bronches et bronchioles. Réinfections fréquentes, immunité humorale sans effet protecteur.

Diagnostic rapide par recherche des antigènes viraux dans les aspirations bronchiques.