A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Symbiose

De acadpharm
Révision datée du 9 janvier 2014 à 12:00 par L.strappazon (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Titre et classement |VM_Affichage_titre=symbiose |VM_Titre_italique=Non |VM_Extension_titre_italique=Non}} {{Définitio... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anglais : symbiosis
Espagnol : simbiosis
Allemand : Symbiose
Étymologie : grec συν– sun– syn– préfixe signifiant réunion dans un même lieu ou le même moment, communauté d’action, rassemblement et βίος bíos vie en soi, l’existence, temps de la vie, durée de la vie, condition de vie, genre de vie, moyen de vivre, ressources pour vivre, récit d’une vie, biographie
n. f. Association intime entre deux organismes d'espèces différentes leur procurant un avantage sélectif à long terme. Chaque partenaire, par exemple végétal ou fongique, tire bénéfice de sa juxtaposition ou de son anastomose avec l'autre.

Il existe un continuum entre symbiose et parasitisme : certaines symbioses peuvent, en effet, tourner au parasitisme ou devenir préjudiciables dans certaines conditions stressantes. Lors de relations parasitaires durables au fil des générations, on assiste à une « course » entre l’espèce hôte et l’espèce parasite, pouvant conduire à une spécialisation aussi efficace que fragilisante. De même lorsqu’un parasite profite des fonctions vitales de son hôte, ces mêmes fonctions et organes tendent à régresser au fil des générations chez le parasite, conduisant à une dépendance à l’hôte de plus en plus importante. Il en résulte que la disparition d’une espèce hôte peut condamner l’espèce parasite. Cf parasitisme.

Historique : Le terme symbiose fut créé, en 1877, par le botaniste et mycologue Albert Bernhard Frank (1839 – 1900), professeur à l’École supérieure d’Agriculture de Berlin, qui parlait de Zusammenleben (vivre ensemble, en allemand) et forgea le mot Symbiotismus ; ce mot fut popularisé, en 1879, sous la forme Symbiosis, par le botaniste et biologiste allemand Heinrich-Anton de Bary (1831 – 1888), qui, bizarrement, ne cite pas A.B. Frank. Grâce à ses travaux et ceux du botaniste suisse Simon Schwendener (1829 – 1919), on admit progressivement, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, que ces structures, auparavant considérées comme des organismes à part entière, associaient en fait un champignon et des algues.