A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Thapsigargine

De acadpharm
Révision datée du 28 septembre 2018 à 19:01 par Automate-maintenance (discussion | contributions) (Mise à jour date de révision)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 28 septembre 2018


Pharmacognosie



Thapsigargine.

Anglais : thapsigargin
Espagnol : tapsigargina
Étymologie : latin Thapsia garganica nom de l’espèce dans laquelle a été isolée cette substance, du grec θαψία thapsía thapsie, plante toxique décrite par Théophraste, philosophe grec, 371-288 av. J-C., élève d'Aristote, et du latin garganicus du nom du Mont Gargan, en Italie du Sud, suffixe –ine
n. f. Lactone sesquiterpénique fortement oxygénée (fonctions alcool et surtout ester dont la nature et la configuration interviennent dans l’activité pharmacologique), extraite d’une résine vésicante contenue dans plusieurs organes, en particulier la racine d’une plante toxique méditerranéenne (Afrique du Nord…), Thapsia garganica L. (Apiaceae ex-Ombellifères). Très puissant inhibiteur non compétitif de Ca2+-ATPases désignées par l’acronyme SERCA (Sarco/Endoplasmic Reticulum Ca2+), la thapsigargine augmente ainsi la concentration du calcium cytosolique (intracellulaire), conduisant à l’apoptose des cellules ; activité anticancéreuse potentielle.

La thapsigargine elle-même ne peut pas être utilisée en thérapeutique anticancéreuse car elle provoque l’apoptose, indistinctement, des cellules saines et cancéreuses. Évaluation clinique en cours (glioblastome, cancer de la prostate, cancer hépatocellulaire…) d’un précurseur pharmacologique (prodrogue) hydrosoluble (G-202, = mipsagargine) dans laquelle un dérivé de la thapsigargine est sous forme d’un conjugué dans le but de la délivrer spécifiquement dans les cellules cancéreuses.
La thapsigargine est également utilisée en pharmacologie expérimentale, pour étudier les conséquences d’une élévation de la concentration du calcium cytosolique.
Actuellement l’approvisionnement en quantité utile de thapsigargine est rendu difficile en raison du faible rendement de l’extraction ; plusieurs méthodes de synthèse potentiellement industrialisables, récemment décrites, pourraient lever cette difficulté ; de nombreux analogues ont également été synthétisés, permettant d’établir des relations structure-activité au sein de cette famille de composés bioactifs.