A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Vinflunine : Différence entre versions

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
[version vérifiée][version vérifiée]
(Mise à jour date de révision)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{Titre et classement
 
{{Titre et classement
|VM_Date_de_révision=02 mars 2017
 
 
|VM_Titre_gras=Oui
 
|VM_Titre_gras=Oui
 
|VM_Titre_italique=Non
 
|VM_Titre_italique=Non
 
|VM_Clé_de_classement=vinflunine
 
|VM_Clé_de_classement=vinflunine
|VM_Cible=Non
+
|VM_Cible=Oui
|VM_Lien_DirPub=Non
+
|VM_Lien_DirPub=Oui
 +
|VM_Date_de_révision=02 mars 2017
 
|VM_Extension_titre_italique=Non
 
|VM_Extension_titre_italique=Non
 
}}
 
}}

Version actuelle datée du 27 avril 2017 à 11:59

Dernière modification de cette page le 02 mars 2017


Cancérologie - Pharmacognosie



Vinflunine.

Anglais : vinflunine
Espagnol : vinflunina
n. f. (DCI). Dérivé non naturel de la vinorelbine (dérivé difluoré de la dihydrovinorelbine). Anticancéreux (classe des « vinca alcaloïdes ») par effet antimitotique, la vinflunine se lie à la tubuline β et inhibe l'assemblage des dimères tubuline α – tubuline β en microtubules.

Utilisée sous forme de tartrate, en perfusion IV, en monothérapie, dans le traitement des patients adultes atteints de carcinome urothélial à cellules transitionnelles avancé ou métastatique, après échec d'une chimiothérapie à base de sels de platine ; toxicité générale de la classe des « vinca alcaloïdes » : neutropénie (facteur limitant de la dose administrable), anémie très fréquente, neurotoxicité semblant moins marquée qu’avec la vincristine. Cf vinca alcaloïde.
La découverte de la vinflunine, par le chimiste français Jean-Claude Jacquesy (CNRS) est une conséquence de l'application de la chimie des milieux superacides au domaine des alcaloïdes indolomonoterpéniques.