Bimékizumab

De Le dictionnaire
Bêta-glucuronidase ←

Bezlotoxumab n. m. Anticorps monoclonal humain dirigé contre la toxine B de Clostridium difficile. La liaison sur la toxine B se situe sur un épitope de l’un des trois domaines de la toxine, plus précisément dans la partie N-terminale du domaine CROP (Combined repetitive oligopeptides).

BFU-E (Erythroid burst-forming unit) Progéniteur érythroblastique (unité érythroblastique, départ « jaillissant » de lignée) précoce, proche de la cellule souche pluripotente. En culture, les colonies sont multicentriques et ainsi appelées burst (éclatées). Présentes dans le sang et la moelle, les BFU-E les plus tardives sont sensibles à l’érythropoïétine qui, à partir de…

BHE Cf barrière hémato-encéphalique.

BHL Balance hydrophile - lipophile.Cf équilibre hydrophile – lipophile.

Biais n. m. Notion statistique, écart, volontaire ou non, entre une valeur exacte et sa détermination expérimentale. La cause de cet écart peut venir de la méthode de calcul à partir des observations comme dans les conditions de recueil de celles-ci.

Biap Bureau International dAudiophonologieCf audiophonologie.

Biapénem n. m. Antibactérien. 1-β-Méthylcarbapénème apparenté à l’imipénème et à l’ertapénème.

Biberon n. m. Récipient de forme variable, en verre (stérilisable) ou en matière plastique rigide et transparente, en forme de bouteille à large col permettant la fixation d’une tétine (en caoutchouc ou en silicone), destiné à l’alimentation des nouveau-nés et des jeunes enfants pour remplacer le sein maternel.

Bicalutamide n. m. Anti-néoplasique ; anti-androgène non stéroïdien qui inhibe laction de la testostérone et de la dihydrotestostérone par liaison compétitive au niveau du récepteur aux androgènes.Inscrit sur la liste des Médicaments essentiels de lOMS et à la Pharmacopée Européenne (monographie 04/2012, 2196).

Bicarbonate - HCO3- n. m. HCO éliminé par les poumons.

Bicisate n. m. Dérivé de la cystéine ayant la propriété de chélater Tc et d’en réduire la toxicité.

Biclotymol n. m. Dérivé chloré du thymol, antiseptique buccopharyngé, respiratoire et cutanéomuqueux.

Bictégravir n. m. Molécule de synthèse inhibitrice de l’intégrase du virus de l’immunodéficience humaine, actif contre le VIH-1.Cet inhibiteur de transfert de brins de l’intégrase (INSTI, integrase strand transfer inhibitor) se lie au complexe intégrase-ADN viral après que ce dernier ait subi l’étape du processus (3’processing)…

Biermer (maladie de) n. f. Anémie hyperchrome mégalocytaire avec mégaloblastes dans la mœlle osseuse. L’étiologie est l’absence de sécrétion du facteur intrinsèque gastrique (suite à une gastrite d’origine auto-immune) qui rend impossible l’absorption de cyanocobalamine (vitamine B) alimentaire par lintestin et provoque ainsi un défaut à chaque stade de la…

Bifidobacterium n. m. Genre de bactéries de la famille des Actinomycetaceae, bâtonnets immobiles de forme bifide (en doigt de gant), à Gram positif, anaérobies non stricts, comportant 27 espèces de morphologie variable selon les souches et la nature des milieux de culture. Saprophyte présent particulièrement dans lintestin du…

Bifonazole n. m. Antimycosique imidazolé dérivé du diphénylméthane, non chloré, à large spectre comprenant les dermatophytes (activité fongicide), les levures, les moisissures, certains champignons et des bactéries à Gram positif (exemple Corynebacterium, Staphylococcus).Inscrit à la Pharmacopée Européenne (monographie 04/2012,1395).

Bigaradier

Bignoniaceae Famille rassemblant environ 800 espèces ligneuses des régions tropicales surtout américaines. On cultive fréquemment le catalpa pour sa floraison blanche, ainsi que des espèces du genre Campsis sous le nom de "bignone". Le fruit du saucissonnier, Kigelia africana (Lam.) Benth, est remarquable par sa taille,…

Biguanide n. m. Composé H qui résulte théoriquement de la condensation de deux molécules de guanidine, avec élimination dune molécule dammoniac.

Bilabié adj. En botanique, qualifie un calice ou une corolle dont les pièces se soudent en deux ensembles, formant chacun une lèvre ; la famille des Lamiaceae (ex-Labiées) doit son nom à cette caractéristique fréquente, avec une corolle ayant souvent une lèvre supérieure formée de deux pétales,…

Bilan n. m. -1) état des comptes indiquant, à un moment donné, la balance de l’actif et du passif d’une entreprise industrielle ou commerciale ;-2) Résultat global ; évaluation d’ensemble. Exemples : le bilan énergétique d’une explosion nucléaire, le bilan thermique d’une réaction chimique, le bilan de santé.

Bilastine n. f. Antiallergique. Antagoniste sélectif des récepteurs histaminique H.

Bile n. f. Liquide légèrement alcalin sécrété (environ un litre par jour) par les hépatocytes dans les canalicules biliaires, stocké et concentré dans la vésicule biliaire avant d’être excrété dans le duodénum par le canal cholédoque et d’être recyclé vers le foie.

Bilharzie Cf schistosoma, bilharziose.

Bilharziose n. f. Parasitose systémique humaine par l’une des cinq formes pathogènes de Schistosoma. Elle est transmise par pénétration transcutanée de la forme infectante en milieu aqueux contaminé, notamment lors de baignades. Après maturation et migration du germe dans l’organisme, ses œufs se concentrent en granulomes qui déclenchent…

Bilirubine n. f. Pigment biliaire jaune rougeâtre résultant de la réduction de la biliverdine issue de la dégradation de lhème de lhémoglobine et autres hémoprotéines.

Bilirubinémie n. f. Concentration plasmatique de la bilirubine qui est inférieure à 17 µmol/L dans les conditions physiologiques. Augmente au cours de diverses affections dorigine extrahépatique (débordement des capacités de transport) ou hépatique (choléstase), ce qui se traduit souvent par un ictère.

Biliverdine n. f. Pigment biliaire vert formé dans les tissus, majoritairement dans la rate, résultant de louverture et de loxydation de la fraction porphyrinique de lhémoglobine et de la perte du fer et de la globine. Est ensuite réduite en bilirubine qui est éliminée dans lintestin avec la…

Biloculaire adj. En botanique, caractérise un élément végétal comportant deux loges (par exemple l’ovaire de nombreuses Astéridées est biloculaire, chaque loge correspondant à chacun des deux carpelles).

Bimatoprost n. m. Antiglaucomateux. Cet analogue des prostaglandines apparenté à PGF n’agit pas par lintermédiaire de récepteurs aux prostaglandines connus mais mime de façon sélective les effets des prostamides. Il abaisse la tension intraoculaire par diminution de la sécrétion de l’humeur aqueuse.


Binding n. m. Terme anglais signifiant « liaison », utilisé internationalement dans le langage scientifique courant.

Binimétinib n. m. Inhibiteur sélectif des protéine kinases MEK1 et MEK2 (MAPK/ERK kinase) qui jouent un rôle central dans la cascade des MAP kinases MAPK (Mitogen-activated protein kinase) impliquée dans la prolifération et la survie cellulaires et l’angiogenèse (Cf tramétinib).

Bioaccumulation n. f. Processus biologique de concentration d’une substance minérale ou organique (polluante ou non) intégrant, pour un organisme vivant, l’ensemble de ses voies d’exposition à partir de l’air, des eaux, des sols et des aliments.

Bioadhésion n. f. Phénomène d’adhésion impliquant une surface biologique, par exemple une muqueuse (mucoadhésion).

Bioalléthrine Cf alléthrine.

Bioamplification n. f. Processus biologique de transfert et d’accumulation, par voie alimentaire, d’une substance minérale ou organique, polluante ou non, entraînant un accroissement progressif de sa concentration dans les organismes vivants tout au long d’une chaîne trophique.

Biocapteur n. m. Type particulier de capteur chimique dont le fonctionnement est fondé sur un processus de reconnaissance biochimique. Sa surface se caractérise par la présence d’un composant biologique, le transducteur pouvant être électrochimique (potentiométrique ou ampérométrique) ou colorimétrique.

Biocénose n. f. Ensemble des êtres vivants coexistant dans un espace naturel défini (le biotope) par exemple lhôte, ses parasites, la microflore et la microfaune commensale ou symbiote quil héberge. Elle concerne des communautés structurées (microorganismes, végétaux, animaux) en relatif équilibre biologique.

Biocharge n. f. Contamination microbienne. Population initiale de microorganismes dans un objet ou une préparation avant sa stérilisation. La biocharge, pour laquelle une valeur limite dépendant de l’efficacité de la méthode de stérilisation choisie a été fixée, doit être déterminée avant toute stérilisation.

Biochimie n. f. Discipline scientifique qui étudie la constitution moléculaire des structures du vivant et les réactions chimiques qui régissent leurs différentes fonctions. A linterface de la biologie et de la chimie, est en relation étroite avec dautres disciplines (biologie cellulaire, physiologie animale et végétale, microbiologie, immunologie, pharmacologie,…

Biocide 1- adj. Se dit dun effet physique ou dune substance chimique capable de supprimer la vie. 2- n.m. Substance active ou préparation contenant une ou plusieurs substances actives destinée à détruire, repousser ou rendre inoffensifs des organismes nuisibles, à en prévenir l’action ou à les…

Biocompatibilité n. f. Qualité dun produit ou dispositif qui, administré ou implanté dans un organisme vivant (interaction sang-biomatériaux, tissu-biomatériaux) nentraîne chez ce dernier aucune réaction, effet nocif ou rejet, ou les limite au maximum.

Bioconcentration n. f. Processus biologique se traduisant par une augmentation de la concentration d’une substance minérale ou organique (polluante ou non) au sein d’un organisme vivant en milieu aquatique par rapport à sa concentration hydrique.

Biodégradabilité n. f. Aptitude d’un produit à la dégradation par des mécanismes et des réactions de nature biologique.

Biodégradable Qualifie toute substance ou matériau pouvant être détruit par laction de micro-organismes vivants extérieurs et se décomposer ainsi en éléments divers dépourvus deffets dommageables sur le milieu naturel (JO du 12 avril 2009).

Biodégradation n. f. Processus complexe et progressif de dégradation et de simplification moléculaire que subit un produit généralement de nature organique, sous laction de systèmes enzymatiques ou chimiques présents au sein des organismes vivants. Il se traduit par une diminution progressive du nombre datomes de carbone de la…

Biodisponibilité n. f. Quantité et vitesse selon lesquelles une substance active est absorbée, à partir d’une forme pharmaceutique et devient disponible au(x) site(s) daction envisagé(s). Les sites étant peu accessibles et parfois inconnus, l’effet étant le plus souvent systémique, la biodisponibilité est habituellement définie comme la quantité et…

Biodistribution n. f. Distribution in vivo d’un médicament ou d’un produit à visée diagnostique après son administration.

Biodiversité n. f. Désigne la diversité biologique, autrement dit la diversité du monde vivant à différents niveaux d’intégration : écosystème, biocénose et ses subdivisions, espèces, individus d’une même espèce, gènes...

Bioénergétique n. f. Branche de la biochimie et de la physiologie qui étudie les processus de création, transformation et utilisation de lénergie dans les tissus vivants, notamment dans les cellules. Ces processus sont conformes aux lois de la thermodynamique.

Bioéquivalence n. f. Se dit de deux formes pharmaceutiques d’une même substance active, contenant des quantités molaires identiques et présentant la même biodisponibilité, par exemple un médicament princeps et un médicament générique, un médicament de référence et son biosimilaire.

Bioérodable adj. Se dit d’une matière qui se dégrade par sa surface selon des processus faisant intervenir des enzymes et/ou dautres agents présents chez les êtres vivants.

Bioéthique n. f. Étude des problèmes moraux posés par les progrès scientifiques dans le domaine de la vie et, particulièrement, dans le domaine médical, tels que la procréation médicalement assistée, les transferts de gènes et modifications du génome humain, les transplantations dorganes.

Bioexemption n. f. Terme utilisé pour désigner une exemption (dispense) d’étude de bioéquivalence accordée à certaines spécialités.

Biofilm n. m. Communauté multicellulaire structurée plus ou moins complexe, souvent symbiotique, de micro-organismes (bactéries, champignons, algues, protozoaires) adhérant entre eux et à une surface inerte ou vivante, et sécrétant une matrice extracellulaire adhésive et protectrice composée de polymères.

Bioflavonoïde

Biogalénique n. f. Terme peu usité. Cf biopharmacie

Biogenèse Cf biosynthèse.

Bioindicateur n. m. Organisme, groupe d’organismes ou écosystème dont la présence, l’état ou le changement d’état renseignent sur certaines caractéristiques de leur environnement physique, chimique, biologique ainsi que sur leurs altérations d’origines naturelle et/ou anthropique.

Bioinformatique n. f. Correspond à l’approche in silico de la biologie traditionnelle, c’est-à-dire à l’utilisation de l’outil informatique pour traiter les données de la biologie moléculaire. Ces moyens sont utilisés pour le stockage, la gestion et l’interprétation des données. En l’absence dexpériences, le traitement informatique des séquences peut,…



→ Biotine

Bimékizumab

Dernière modification de cette page le 31 octobre 2021



n. m.  (DCI). Anticorps monoclonal humanisé, immunoglobuline IG1‑κ, qui se lie et neutralise, à la fois et de façon synergique, l’interleukine‑17A (IL‑17A) et l'interleukine‑17F (IL‑17F). Ces deux interleukines, via leurs récepteurs présents sur les kératinocytes, les synoviocytes analogues à des fibroblastes, les cellules endothéliales, les chondrocytes et les ostéoblastes, engendrent des processus inflammatoires chroniques qui endommagent de nombreux tissus (psoriasis, arthrite psoriasique…).

La neutralisation simultanée de ces deux interleukines IL-17A et 17‑F par le bimékizumab apporte rapidement d’importantes améliorations cliniques chez des patients présentant un psoriasis en plaques modéré à sévère. Après 60 semaines de traitement, on obtient une disparition complète ou presque des lésions cutanées.