A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Ciguë

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 08 avril 2022


Pharmacognosie



Étymologie : latin cĭcūta ciguë
n. f. Nom générique pour plusieurs plantes dangereuses de la famille des Apiaceae ex-Ombellifères, aux inflorescences en ombelles et aux feuilles généralement très découpées (à limbe pennatiséqué), responsables d'intoxications potentiellement graves par confusion avec des plantes sauvages comestibles (carottes, navets, panais...).

Ciguë aquatique

Synonyme(s) : ciguë vireuse
Anglais : cowbane ou water hemlock
Espagnol : cicuta de agua
Étymologie : latin cicuta ciguë et aquaticus qui vit dans l’eau
Grande herbacée des terrains humides (Cicuta virosa L.) pouvant atteindre 0,6 à 1,5 m de hauteur, à tige cylindrique, creuse et finement striée. Les feuilles sont découpées en segments ovales très aigus bordés de dents de scie et les fleurs sont blanches.
Toxicologie
Toxicité élevée de tous les organes, en particulier la racine riche en substances polyéniques (cicutoxine), qui bloquent dans le cerveau l’acide γ-aminobutyrique (GABA), neurotransmetteur possédant lui-même une puissante action inhibitrice neuronale ; ces polyènes sont responsables d'intoxications graves, parfois mortelles, résultant de confusions avec des plantes sauvages comestibles. Symptômes observés : convulsions précoces (entre 30 minutes et 1 heure après ingestion), trismus, éventuellement opisthotonos, fibrillation ventriculaire, détresse respiratoire, perte de conscience, mort par arrêt respiratoire survenant habituellement entre 1 heure et 8 heures après ingestion.
Le traitement éventuel repose sur l’intubation endotrachéale et l’administration de diazépam ou de lorazépam par voie IV, ainsi que de thiopental sodique.


Grande ciguë

Synonyme(s) : ciguë tachetée
Anglais : poison hemlock
Espagnol : cicuta
Étymologie : latin grandis de grande taille et cicuta ciguë
Grande herbacée (Conium maculatum L.) des lieux incultes et des décombres, à tige creuse cannelée tachetée de rouge violacé. Les feuilles sont isolées, très découpées, plus grandes à la base et les fleurs sont petites et blanches. Les feuilles et les fruit (akène) contiennent des alcaloïdes pipéridiniques (coniine, conicéine) responsables d'intoxications potentiellement mortelles rendues célèbres par la mort de Socrate décrite par Platon.
Toxicologie
Les alcaloïdes agissent sur les systèmes nerveux central et périphérique avec des effets de type nicotinique, mais aussi comme curarisants en induisant de fortes paralysies des muscles striés. Les symptômes observés sont des brûlures dans la bouche, suivies de nausées, de vomissements, d'une hypersalivation, de douleurs abdominales, de diarrhées, une mydriase avec obscurcissement de la vue, des maux de tête violents, des vertiges ainsi qu'une paralysie musculaire, des tremblements et des convulsions. Si l'intoxication est grave, cette paralysie s'étend du bas vers le haut du corps avec une soif intense sans pouvoir ni déglutir ni parler et finit par toucher le muscle du diaphragme pour une issue fatale. La mort survient au bout de 3 à 6 heures sans jamais altérer la conscience et tout en gardant l'esprit lucide.


Petite ciguë

Anglais : fool's parsley
Espagnol : perejil de perro
Étymologie : latin populaire pititus de petite taille et cicuta ciguë
Petite plante herbacée adventice (Aethusa cynapium L.) de 50 cm de haut environ, à tige creuse et striée, souvent rougeâtre à la base, à feuilles à lobes aigus et à fleurs blanches ; présence de faibles quantités de substances polyényniques (æthusine, æthusanols...).
Toxicologie
Les intoxications sont rarement mortelles (goût désagréable). Les symptômes sont des vomissements répétés, des troubles gastro-intestinaux, des vertiges. De très fortes doses peuvent induire un engourdissement des membres et des troubles cardio-respiratoires.