A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Autres

Mercure

De acadpharm
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernière modification de cette page le 19 janvier 2016
Synonyme(s) : hydrargyre, argent liquide à l'origine du symbole Hg et vif argent (désuet)
Anglais : mercury
Espagnol : mercurio
Étymologie : latin Mercŭrĭus Mercure, messager des dieux, dieu de l'éloquence, des poètes, du commerce, planète Mercure
n. m. [math]{}^{200,59}_{80}\mathrm{Hg}[/math], élément de la 3e série des métaux de transition (12e colonne de la classification périodique - 6e période), de configuration électronique [Xe] 4f14 5d10 6s2.



Chimie inorganique



Métal lourd, seul métal liquide à la température ambiante, volatil, donnant naissance à des ions mercuriques Hg2+, à des ions mercureux (Hg2)2+ et à des combinaisons organomercuriques à mercure divalent, presque aussi stables que les sels. Le mercure métal est un des constituants d'amalgames (exemple: en odontologie), de composants électroniques, de thermomètres, de piles ; certains dérivés servent de catalyseurs et entrent dans la composition de pigments et de peintures. Les dérivés du mercure sont : 1- des dérivés minéraux : c'est le cas du dichlorure de dimercure (I) ou dichlorodimercure (I) Hg2Cl2, synonyme chlorure mercureux (synonyme impropre, car il ne s'agit pas d'un sel, mais d'un complexe) ou calomel, utilisé au sein d'électrodes de référence en électrochimie ; c'est le cas aussi du dichlorure de mercure (II) ou dichloromercure (II) HgCl2, synonyme chlorure mercurique (impropre, car c'est un complexe) ou sublimé corrosif, soluble dans l'eau ; c'est le cas encore des oxydes mercuriques, par exemple oxyde jaune, utilisé en ophtalmologie dans le traitement des blépharites infectieuses ou parasitaires (pommade à 1 %) ; 2- des dérivés organiques (organomercuriels), par exemple merbromine sodique, antiseptique local utilisé en dermatologie (solution aqueuse à 2 %).


Chimie thérapeutique



Le mercure est utilisé en France, sous forme de thiomersal, comme conservateur pour certains médicaments.


Toxicologie



Les intoxications dues au mercure résultent d'une pollution (rejet de piles usagées, broyage de tubes fluorescents, absorption de poissons contaminés (intoxication de Minamata au Japon) par rejet de déchets de papeteries et propagation par les chaînes alimentaires). Le mercure se localise dans les hématies, le foie, le rein, le cerveau ; élimination lente urinaire et intestinale. C'est un toxique thioloprive, affectant de nombreuses enzymes à groupement thiol. Grande sensibilité du fœtus. Intoxication aiguë : néphropathie tubulo-interstitielle, anurie, hypersialorrhée, encéphalopathie. Intoxication chronique : troubles digestifs, nerveux, rénaux, cutanés. Traitement par hémodialyse en urgence et agents chélatants (dimercaprol (BAL), D-pénicillamine associée à la vitamine B6).