Micelle

De Le dictionnaire
Méthode ←

Méthyltestostérone n. f. Androgène dérivé de la testostérone, méthylé en position 17α.Inscrit à la Pharmacopée Européenne (monographie 04/2016, 0410).

Méthylthioninium (chlorure de) n. m. Tétraméthylthionine, colorant phénothiazinique bis-diméthylaminé. Se transforme facilement, même in vivo, en leucodérivé incolore.Inscrit sur la liste des Médicaments essentiels de lOMS et à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2016, 1132).

Méthyltransférase n. f. Enzyme catalysant le transfert du groupe CH de la méthionine, sous la forme active de S-adénosylméthionine, sur un accepteur soit hydroxylé (O-méthyltransférase) soit aminé (N-méthyltransférase).

Méthylxanthine n. f. Substance appartenant à une famille de produits naturels comprenant la 1,3,7-triméthylxanthine ou caféine, la 1,3-diméthylxanthine ou théophylline et la 3,7-diméthylxanthine ou théobromine. Analogie de structure avec ladénosine entraînant, à des degrés divers et dune substance à lautre, un antagonisme compétitif au niveau de récepteurs à…

Méthysergide n. m. Dérivé hémisynthétique de structure très proche de celle de la méthylergométrine, sen distinguant par la présence dun groupe méthyle sur lazote du noyau indolique. Puissant antagoniste des récepteurs sérotoninergiques (particulièrement 5-HT, mais aussi dautres récepteurs 5-HT).

Méticilline sodique n. f. Pénicilline hémisynthétique passée de mode mais cest, par référence à elle, qu a été constitué le groupe, nommé M, des autres pénicillines résistantes, comme elle, aux pénicillinases.

Métipranolol n. m. β-bloquant non cardiosélectif, de type phénoxypropylamine.

Métixène (chlorhydrate de) n. m. Anticholinergique.Inscrit à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 1347).

Métoclopramide

Métolazone n. f. Diurétique apparenté aux diurétiques thiazidiques mais dépourvu du cycle thiazide.Inscrit à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 1757).

Métopimazine n. f. Composé neuroleptique de la famille des phénothiazines, possédant des propriétés antiémétiques.

Métoprolol n. m. β-bloqueur de type phénoxypropanolamine, cardiosélectif sans activité sympathomimétique intrinsèque.Inscrit à la Pharmacopée Européenne, monographie 01/2014, 1448 (succinate de) et 1028 (tartrate de).

Mètre n. m. Unité de longueur SI égale au trajet parcouru, dans le vide, par la lumière pendant une durée de 1/299 792 458 seconde. Symbole m.

Métréleptine n. f. Analogue synthétique de la leptine humaine, produit par des cultures d’Escherichia coli, constitué de 147 acides aminés, non glycosylé, avec un pont disulfure entre la cystéine-97 et la cystéine-147 et un résidu méthionine terminal.

Métrifonate n. m. Anthelminthique de type organophosphoré converti in vivo en son métabolite actif le dichlorvos, à propriété anticholinestérasique.Inscrit à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 1133).

Métrologie n. f. Science des mesures. Inclut à la fois les aspects théoriques et pratiques que présente laction de mesurer quel que soit le domaine de la science et de la technologie abordé.

Métronidazole n. m. Nitroimidazolé anti-infectieux à large spectre, actif sur les protozoaires, en particulier Trichomonas, et les bactéries, en particulier anaérobies.Inscrit sur la liste des Médicaments essentiels de lOMS et à la Pharmacopée Européenne, monographies 01/2008, 0675 et 01/2013, 0934 (benzoate de).

Métrorragie n. f. Hémorragie utérine survenant en dehors des règles ou après la ménopause. Peut être détiologie lésionnelle (cancer de lutérus), fonctionnelle (dysfonctionnement hormonal) ou mécanique (dispositif intra-utérin, stérilet).

Métyrapone n. f. Inhibiteur réversible de la biosynthèse du cortisol, de la corticostérone et de laldostérone dans la corticosurrénale, en bloquant lhydroxylation enzymatique en C 11 du noyau stéroïde. Il en résulte la suppression du rétrocontrôle du cortisol sur lhypophyse et laugmentation de lhormone corticotrope, ACTH. La production…

Métyrosine n. f. Dérivé méthylé de la tyrosine. Cet acide aminé est un inhibiteur de la tyrosine hydroxylase.

Mévalonique (acide) n. f. Composé intermédiaire dans la synthèse du cholestérol à partir de lacétylCoA. Résulte de la réduction du 3-hydroxy -3-méthyl-glutaryl-coenzyme A par lHMGCoA-réductase. Est également un intermédiaire central dans la biosynthèse des terpènes (voie dite « de lacide mévalonique »). Cf terpènes.

Mévastatine n. f. Substance dorigine naturelle issue de la voie biogénétique des polyacétates, produite par fermentation de souches de champignons ascomycètes (Penicillium citrinum Thom et P. brevicompactum Dierckx, Trichocomaceae). Fait partie de la classe des statines dont elle a été le premier représentant découvert.

Mévinoline

Mexilétine (chlorhydrate de) n. f. Aminoéther phénolique dérivé du métaxylène et de la propylamine. inhibiteur des canaux sodiques, antiarythmique de type Ib réduisant la durée du potentiel daction.Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008, 1029).

Mezlocilline n. f. Uréidopénicilline, antibiotique à large spectre avec activité anti-Pseudomonas.

MFT (Media fill test)

MHRA (Medicines & Healthcare products Regulatory Agency)

Miansérine (chlorhydrate de) n. f. Dibenzazépine inhibiteur de la recapture de la noradrénaline, antidépresseur sédatif et anxiolytique.Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 07/2015, 0846).

Mibéfradil n. m. Inhibiteur sélectif des canaux calciques de type T.

Micafungine n. f. Antibiotique lipopeptidique macrocyclique antifongique de la classe des échinocandines, obtenu par hémisynthèse à partir d’une substance (désignée par FR901379), elle-même produite par fermentation de souches du champignon Coleophoma empetri (Rostr.) Petr. Structure proche de celle de l’anidulafungine dont elle se distingue principalement par la présence…


Michaelis – Menten « (constante de) - (KM) n. f. Constante de dissociation apparente de la combinaison entre une enzyme et son substrat. Est égale à la concentration de substrat pour laquelle la vitesse initiale de la réaction est à la moitié de la vitesse initiale maximale. Sexprime en mol/L. Son inverse représente, en première…

Miconazole n. m. Dérivé de limidazole substitué, sur lazote, par une chaîne à fonction éther-oxyde et deux noyaux aromatiques chlorés.Inscrit sur la liste des Médicaments essentiels de lOMS et à la Pharmacopée Européenne, monographies 07/2015, 0935 et 01/2012, 0513 (nitrate de)

Microaiguille n. f. Aiguille de la taille du micromètre à plusieurs centaines de micromètres.

Micro-albuminurie n. f. Excrétion urinaire dune quantité faible mais anormale dalbumine, comprise entre 20 et 200 µg/min, soit 30 à 300 mg par 24 heures, non détectable par les méthodes usuelles utilisant les bandelettes.

Microanalyse n. f. Analyse qualitative ou quantitative seffectuant sur de faibles prises dessai : inférieures à 1 mL pour les solutions ou à 10 mg pour les solides. Concerne lanalyse élémentaire des substances minérales et organiques (établissement des formules brutes, Cf CHN) et la détermination de la composition…

Micro-ARN n. m. Acide ribonucléique, monocaténaire, très court, constitué d’une vingtaine de nucléotides, ayant comme fonction de réguler négativement le niveau d’expression des protéines des cellules eucaryotes, en activant la dégradation de leurs ARN messagers (ARNm) ou en bloquant directement leur traduction.

Microarray n. m. Ensemble de molécules dADN fixées en rangées ordonnées sur une petite surface qui peut être du verre, du silicium ou du plastique. Cette biotechnologie permet danalyser avec des méthodes à haut débit le niveau dexpression des gènes (transcrits) dans une cellule, un tissu, un organe,…

Microbe n. m. Nom générique pour de très nombreux êtres vivants de petite taille, de lordre du micromètre, invisibles sans laide du microscope optique ou électronique, comprenant les bactéries, les levures, les protozoaires, les virus. Nombre dentre eux participent à des systèmes biologiques complexes de destruction de la…

Microbiologie n. f. Science des micro-organismes visibles seulement au microscope optique ou électronique. Regroupe la bactériologie et la virologie.

Microbiome n. m. Totalité des gènes microbiens répertoriés chez tous les microorganismes associés à un hôte particulier.

Microbiote n. m. Désigne lensemble des populations de microorganismes qui colonisent un environnement particulier : microbiote intestinal, microbiote fécal, microbiote cutané, microbiote buccal... Un microbiote inclut non seulement les procaryotes (bactéries et archées) mais aussi les champignons, les protozoaires et, par extension, les virus. Le microbiote intestinal est…

Microbiote fécal (transplantation de) n. f. Il est indiqué pour prévenir la récurrence de l’infection à Clostridioides difficile, chez les personnes âgées de 18 ans et plus, après un traitement antibactérien, pour le traitement de cette infection récurrente.

Microcapsule n. f. Capsule de la taille du micromètre à plusieurs centaines de micromètres.

Microcirculation n. f. Partie du système circulatoire comprenant les artérioles, les capillaires et les veinules, disséminés dans tous les tissus, formant un réseau qui se situe entre le système artériel et le système veineux où seffectuent, au niveau des capillaires, les échanges des gaz, des liquides, des déchets…

Micrococcaceae Famille de cocci groupés en amas, immobiles, à Gram positif, aérobies-anaérobies facultatifs (genre Staphylococcus) ou aérobies stricts (genre Micrococcus).

Micrococcus Genre bactérien appartenant à la famille des Micrococcaceae, en forme de coques arrondies à Gram positif, aérobies stricts. Présent dans lenvironnement, le sol, les eaux douces, et sur les aliments. Fait partie de la flore commensale du tube digestif, de la peau et des cavités…

Microcytaire adj. Se dit dune anémie dans laquelle le volume des hématies est inférieur à la normale (exemple : anémie ferriprive).

Microcyte n. m. Hématie de diamètre réduit, inférieur à 6 µm, et de volume globulaire moyen inférieur à 80 femtolitres [fL] (inférieur à 80 µm).

Microcytose n. f. Diminution du volume moyen des hématies.

Microdosing

Microémulsion n. m. Mélange deau et de liquide organique apolaire (appelé huile) macroscopiquement homogène et constitué de domaines deau et dhuile, de très petite taille. Elle constitue une phase unique thermodynamiquement stable, isotrope, transparente et fluide. Sa structure est une dispersion de domaines deau et dhuile séparés par…

Microencapsulation n. f. Opération utilisée pour lobtention de microcapsules. Les procédés sont soit physicochimiques (exemple : coacervation, séparation de phase), soit chimiques (exemple : polycondensation interfaciale), soit mécaniques (exemple : nébulisation).

Microenrobage n. m. Terme parfois utilisé pour désigner un enrobage de microparticules ou un enrobage de faible épaisseur.

Microéponge n. f. Système poreux de la taille du micromètre à plusieurs centaines de micromètres.

Microextraction

Microfilament n. m. Élément de forme allongée et de la taille de lordre du micromètre.

Microfluidique n. f. Science de la manipulation des fluides à l’échelle micrométrique. Elle peut être considérée à la fois comme une science (étude du comportement des fluides dans des microcanaux) et une technologie de fabrication de dispositifs pour les laboratoires sur puces (lab on chip) dans le domaine…

Microgel n. m. Particule de gel (généralement hydrogel) de dimensions micrométriques constituée de polymères réticulés. Les microgels peuvent être obtenus par des procédés de photolithographie, de micromoulage, de microfluidique, des méthodes démulsification, de perlage, ou encore par différents procédés de polymérisation hétérogène.

Microglie

Microimplant n. m. Implant de très petite taille (entre 1 et 1000 μm). Des microimplants sont utilisés en dentisterie, en chirurgie esthétique (greffe de cheveux) et pour la contraception féminine (obstruction des trompes de Fallope).



→ Midécamycine

Micelle

Dernière modification de cette page le 10 octobre 2023


Anglais : micelle
Espagnol : micela
Allemand : Mizelle, Micelle
Étymologie : Latin mīcŭla, diminutif de mīca parcelle, miette.

n. m. Agrégat supramoléculaire organisé, de forme variable, le plus souvent sphéroïdale ou cylindrique, de taille généralement comprise entre 1 et 300 nm (aussi dénommées nanomicelles pour désigner des agrégats dont la dimension est submicronique ou nanométrique). Les micelles sont généralement constituées de molécules amphiphiles avec un groupement polaire hydrophile de nature ionique ou non ionique et d'une partie apolaire lipophile de nature typiquement aliphatique (ex : chaînes linéaires hydrocarbonées).Ces molécules amphiphiles possèdent une certaine solubilité dans certains liquides.

Les micelles résultent de l’association spontanée en milieu liquide solvant, lorsque la concentration des molécules amphiphiles est au-dessus d'une certaine concentration (dite concentration critique micellaire ou CCM). Lorsque le solvant est polaire (ex.: eau), les micelles sont constituées de telle sorte que les résidus hydrocarbonés des molécules se regroupent pour former un cœur stabilisé par des interactions attractives faibles de type Van der Waals, tandis que les groupements polaires hydrophiles forment une couronne extérieure en contact avec le solvant. Lorsque le solvant est apolaire (ex.: huile), la structure est inversée, les résidus hydrophobes sont orientés vers l’extérieur et le cœur est constitué par les groupements polaires. Les micelles sont dites alors micelles inverses.



Une solution micellaire constitue une phase unique thermodynamiquement stable au sein de laquelle les molécules amphiphiles s’échangent continuellement entre le solvant où elles se trouvent sous forme dite monomère et les agrégats ou micelles. Pouvant prendre en charge une substance normalement insoluble dans le liquide considéré, les micelles sont à la base de la solubilisation micellaire. La solubilisation micellaire couplée à la faculté d’adsorption aux interfaces des molécules amphiphiles sont à l’origine de la détergence. Les solutions micellaires comptent de très nombreuses applications (ex : catalyse chimique, formulation de principes actifs peu solubles, purification et reconstitution de substances biologiques, traitements de surface, agents nettoyants, antiseptiques).


Micelle géante

Anglais : giant micelle
Espagnol : micela giganta

Auto-assemblage de molécules amphiphiles généralement non-ioniques, sous forme de longs agrégats cylindriques pouvant atteindre plusieurs micromètres de longueur pour un diamètre de quelques nanomètres, et capables de se couper et de se recombiner en permanence sous l’effet de l’agitation thermique.