Peyotl

De Le dictionnaire
Performance ←

Perméation n. f. Pénétration dun liquide, dun gaz ou dune vapeur au sein dun corps solide. Elle dépend, entre autres, de la perméabilité du solide.

Perméthol n. m. Dérivé de la coumarine agissant sur la microcirculation.

Perméthrine n. f. Pyréthrinoïde de synthèse, pédiculicide et lenticide, dont la structure est proche de celle des pyréthrines naturelles présentes dans la fleur de pyrèthre (chrysanthème insecticide). Cest un mélange de quatre diastéréoisomères.Inscrite sur la liste des Médicaments essentiels de lOMS et à la Pharmacopée Européenne (monographie 07/2015,…

Permittivité n. f. Rapport entre la norme du champ de déplacement électrique D et celle du champ électrique E appliqué à un matériau. (faraday par mètre déplacement).

Pérospirone (chlorhydrate de) n. f. Neuroleptique. La pérospirone est un analogue de la ziprasidone. Elle présente une forte affinité pour les récepteurs 5-HT.

Peroxydase n. f. Enzyme à groupe héminique catalysant la destruction des composés peroxydes avec oxydation concomitante dun substrat donneur dhydrogène et formation deau.

Peroxyde n. m. Composé organique ou inorganique faisant apparaître deux atomes doxygène reliés par une liaison simple, -O-O-. Le plus simple des peroxydes est le peroxyde dhydrogène H.

Peroxysome n. m. Organite intracellulaire des eucaryotes, de forme sphérique, de diamètre compris entre 0,5 à 2 µm, impliqué dans la détoxication de la cellule et contenant de nombreuses enzymes parmi lesquelles des enzymes doxydation des acides gras à longue chaîne, des catalases et des peroxydases.

Perphénazine n. f. Dérivé de la phénothiazine, antipsychotique antidopaminergique daction prolongée, induisant des effets extrapyramidaux marqués. Les propriétés antihistaminiques (à lorigine de la sédation), adrénolytiques et anticholinergiques sont très modérées.Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2009, 629).

Persel n. m. Sel dont lanion contient, au moins, un groupement peroxo -O-O-, (exemples : ion persulfate S, perborate, Cf bore). Présente des propriétés oxydantes.

Persil n. m. Herbacée potagère des climats tempérés (Petroselinum crispum [Mill.] Fuss, = P. sativum Hoffm., Apiaceae ex-Ombellifères) à vocation surtout condimentaire pour laquelle elle est largement cultivée. Feuille, fruit et racine renferment des composés polyphénoliques, des vitamines (feuille riche en vitamine C) et une huile essentielle, réputée…

Perte n. f. Privation de quelque chose.

Perturbateur endocrinien n. m. Selon la définition de lOMS « substance ou mélange exogène qui altère une ou plusieurs fonctions du système endocrinien et entraîne, en conséquence, des effets indésirables sur la santé d’un organisme intact, de sa progéniture ou de (sous-) populations ».Les perturbateurs endocriniens produisent des relations…

Pertuzumab n. m. Immunoglobuline G1, dimère du disulfure entre la chaîne κ et la chaîne lourde de lanticorps monoclonal de souris humanisé 2C4, anticorps monoclonal humanisé recombinant, dirigé contre le domaine extracellulaire de dimérisation du récepteur du facteur de croissance épithéliale HER2 (dont on ne connaît pas le…

Pervenche n. f. Nom générique désignant des plantes de la famille des Apocynaceae ; deux espèces d’origine, de composition et d’emploi différents intéressent de façon très inégale la pharmacie.

Pesée n. f. Opération mesurant le poids dun objet qui correspond au produit de la force daccélération de la pesanteur (g) exercée sur lobjet par sa masse (m) selon la relation P = m.g. Sur terre, la grandeur g est denviron 9,81 m.s. La balance analytique, qui doit…

Pessaire n. m. Dispositif médical flexible qui sinsère dans le vagin, pour maintenir en place lutérus, la vessie ou le rectum. Utilisé aussi en cas dincontinence urinaire. A la forme dun anneau en caoutchouc souple, en latex ou en silicone.

Peste n. f. 1- Maladie infectieuse, due au bacille de Yersin, Yersinia pestis, transmis par la piqûre d’une puce du rat (Xenopsylla cheopis) infectée. Maladie contagieuse, d’une extrême gravité, elle est à la fois endémique (foyers en Afrique centrale et Asie centrale, Amérique) et épidémique. La symptomatologie clinique…

Pesticide adj. et n. m. Désigne ou qualifie un composé antiparasitaire en cas de maladies atteignant les plantes, et les substances utilisées en agriculture, avant ou après récolte, pour lutter contre les organismes nuisibles aux cultures et empêcher la détérioration des produits pendant leur stockage ou leur transport. Cf phytosanitaire.

Pestivirus n. m. Genre de virus de la famille des Flaviviridae, lespèce type étant le virus de la diarrhée bovine, apparenté au virus de la peste porcine classique et à celui de la maladie des frontières.

Pétale n. m. Pièce de la corolle qui fait partie du périanthe ; la corolle réunit les pétales, le plus souvent vivement colorés qui peuvent être soudés ou libres et qui sont regroupés en un ou plusieurs verticilles.

Pétéchie n. f. Petite hémorragie intradermique ou sous-cutanée, punctiforme ou lenticulaire, rouge violacé, manifestation de la fragilité capillaire. Ce sont les plus petites taches de purpura.

Péthidine (chlorhydrate de) n. f. Analgésique central de type morphinique (activité cinq à dix fois plus faible que celle de la morphine), dépresseur respiratoire (antagonisé par la naloxone). La norpéthidine, principal métabolite actif de la péthidine, est deux fois moins analgésique et est convulsivante.Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 01/2008,…

Pétiole n. m. Partie dune feuille reliant le limbe à la tige qui la porte ; on parle dune feuille pétiolée et, si celui-ci est absent, dune feuille sessile.

Petite centaurée n. f. Herbacée indigène (Centaurium erythraea Rafn, Gentianaceae) comportant plusieurs sous-espèces et variétés. Sommité fleurie renfermant notamment des acides-phénols (acides férulique, sinapique...) et des séco-iridoïdes (gentiopicroside, swertiamarine) à saveur amère, réputée stimuler les sécrétions digestives et l’appétit.Inscrite à la Pharmacopée Européenne (monographie 08/2019, 1301 corrigé 10.0).

Petit houx Cf fragon.

Pétrole n. m. Mélange liquide composé principalement dhydrocarbures saturés ou aromatiques, dorigine naturelle, extrait du sol et source dénergie non renouvelable. Les produits issus, par fractionnement, du pétrole sont utilisés, en particulier, en tant que combustibles, carburants, ou matières premières pour la pétrochimie.

Pet‑scan n. m. Méthode dimagerie utilisée en cancérologie, cardiologie, neurologie, reposant sur lemploi de traceurs comportant un atome radioactif, dont la désintégration se traduit par lémission dun positon. La collision de celui-ci avec un électron entraîne lémission de deux photons γ, qui se propagent en sens diamétralement opposés.…

Pexastimogène devacirepvec n. m. Dérivé de la vaccine, cest un virus utilisé depuis des décennies comme vaccin antivariolique. Il est génétiquement optimisé afin de garantir son innocuité, daugmenter sa sélectivité à légard des cellules tumorales et de larmer dune cytokine capable dactiver les agents de limmunité mémoire : le…

Pexidartinib n. m. Petite molécule de synthèse, inhibitrice de divers récepteurs à activité tyrosine kinase ((proto-oncogène c-KIT, CSF1R, colony stimulating factor 1 receptor...). En se liant en particulier à CSF1-R, exprimé à la surface des monocytes, macrophages et ostéoclastes, il bloque l’action de médiateurs inflammatoires dont l’IL-34 en…


PFAS acron. m. Acronyme de substances chimiques de synthèse appelées perfluoroalkyles et polyfluoroalkyles (PFAS, en français).Leurs propriétés antiadhésives, imperméabilisantes, résistantes aux fortes chaleurs, depuis les années 1950 ; ils sont largement utilisés dans divers domaines industriels et produits de consommation courante : textiles, emballages alimentaires, mousses anti-incendie, revêtements antiadhésifs,…

PFASS acron. m. Acronyme anglo-saxon dont le dernier "S" est la marque du pluriel, pour per- and polyfluoroalkyl substances, qui est à proscrire.Voir PFAS acronyme français pour perfluoroalkyles et polyfluoroalkyles

Pfeiffer (bacille de)

PG

PGR

PH n. m. Grandeur physique exprimant lacidité libre dun milieu, introduite en deux temps par P. L. Sörensen. Initialement défini, en 1909, comme le cologarithme décimal de la concentration en protons de la solution, il est maintenant défini (depuis 1923) comme étant le cologarithme de lactivité du proton…

Phaeophyceae Famille des algues brunes que lon rencontre en milieu aquatique, qui sont pourvues de chlorophylle et dun pigment brun, la fucoxanthine. Ce sont les algues les plus abondantes des mers tempérées et froides ; elles possèdent des frondes formant des lianes foliacées avec des réceptacles…

Phage n. m. Abréviation courante de bactériophage, virus des Procaryotes.

Phage display n. m. Procédé permettant, à partir dune banque de phages exprimant à leur surface de courts peptides de séquence connue ou aléatoire, deffectuer un criblage afin dobtenir à la fois des motifs polypeptidiques dintérêt et leur séquence codante.

Phagémide n. m. Vecteur hybride de synthèse

Phagocyte n. m. Cellule du système immunitaire (polynucléaire neutrophile, macrophage, cellule dendritique) capable dingérer et de détruire des particules de taille variable, par exemple des cellules altérées, des débris tissulaires, des particules chimiques, des bactéries et autres particules étrangères à lorganisme. Elle participe principalement à la défense…

Phagocytose n. f. Mécanisme dendocytose qui permet à certaines cellules spécialisées (macrophages, polynucléaires neutrophiles) ainsi quà certains organismes unicellulaires (protistes) lingestion de particules étrangères telles que bactéries, débris cellulaires, cellules apoptotiques, particules chimiques... Cest un moyen de défense et de détoxification de lorganisme. et de…

Phagogramme n. m. Test in vitro permettant d’étudier la sensibilité d’une bactérie aux bactériophages (plus communément appelés phages) à la manière des antibiogrammes réalisés pour sélectionner les antibiotiques les plus adéquats au traitement d’une infection bactérienne.

Phagosome n. m. Grande vésicule intracellulaire entourée de la membrane plasmique, formée au cours de la phagocytose. De taille variable (de l’échelle nanométrique à micrométrique), il renferme les éléments extracellulaires ingérés. Il fusionne avec un lysosome pour former un phagolysosome.

Phagothérapie

Phalloïdien

Phanérogames n. f. Embranchement de plantes à graines comportant les Gymnospermes à ovules nus et les Angiospermes à ovules enfermés dans une cavité close, l’ovaire.

Pharmaceutique adj. Relatif à la pharmacie.

Pharmacie n. f. Science des médicaments, art de les élaborer, de les préparer et de les contrôler. Par extension, local où ils sont stockés et dispensés aux patients.

Pharmacien n. m. Personne titulaire du diplôme de Docteur en pharmacie qui lui donne le droit dexercer sa profession et daccomplir, notamment, les actes qui lui sont réservés conformément au principe du monopole pharmaceutique.

Pharmacocinétique n. f. Discipline scientifique appartenant au domaine de la pharmacologie, décrivant de façon quantitative le devenir dune substance (médicament ou non) dans lorganisme auquel elle a été administrée, en fonction du temps et de la dose. Ce devenir comporte plusieurs étapes : absorption, distribution, métabolisme et excrétion…

Pharmacodépendance n. f. État psychique et quelquefois physique résultant de linteraction entre un organisme vivant et une substance active. Se caractérise par des modifications du comportement et par dautres réactions qui comprennent toujours une pulsion à prendre la substance de façon continue ou périodique, afin de retrouver ses…

Pharmacodynamie n. f. Partie de la pharmacologie expérimentale qui étudie les réponses induites par une substance, soit sur lorganisme entier (in vivo), soit sur une préparation isolée (ex vivo et in vitro). Elle sintéresse, en particulier, au mécanisme daction et permet dorienter la recherche thérapeutique. La mesure des…

Pharmacoéconomie n. f. Science de l’évaluation de l’ensemble des conséquences médicoéconomiques imputables à l’usage d’un médicament. La pharmacoéconomie a pour finalité de confronter les ressources financières consommées par un traitement médicamenteux (préventif, diagnostique, thérapeutique) à ses conséquences médicales qui peuvent notamment être exprimées en résultats physiques, en durée…

Pharmacogénétique n. f. Discipline de la pharmacologie étudiant les relations entre les réponses pharmacodynamiques et pharmacocinétiques (absorption et biodisponibilité, biotransformation en métabolites, excrétion) des médicaments sous linfluence de certains gènes de lindividu (polymorphisme génétique) codant les enzymes du métabolisme des médicaments, les cibles pharmacologiques et les systèmes transporteurs.

Pharmacogénomique n. f. Discipline qui utilise la connaissance du génome et des polymorphismes : 1- pour identifier de nouvelles cibles pharmacologiques, afin de découvrir de nouveaux médicaments (avec utilisation du séquençage de gènes dintérêt, de la spectrométrie de masse pour caractériser les protéines dérivant de ces gènes...) ;…

Pharmacognosie n. f. Science pharmaceutique dont le champ détude et de recherche concerne lensemble des substances dorigine naturelle et les matières premières dont elles sont issues, présentant une activité biologique à lorigine dapplications thérapeutiques ; ces substances naturelles, le plus souvent des métabolites secondaires, proviennent de sources variées…

Pharmacologie n. f. Au sens large, étude du médicament et des substances dorigine exogène (xénobiotiques) ou endogène capables dagir sur un organisme vivant. À ce titre, la pharmacologie utilise des données de physiologie, biochimie, biologie moléculaire et génétique et de physiopathologie. Elle englobe différentes disciplines telles que la…

Pharmacométabolomique n. f. Branche de la métabolomique, appliquée à la prévision et au suivi des effets des médicaments chez chaque patient. Elle consiste à déterminer le profil métabolique (phénotype métabolique) de chaque patient, et particulièrement les mécanismes impliqués dans la métabolisation des substances exogènes et des autacoïdes, avant…

Pharmacométabonomique



→ Phénoxyacétique (acide)

Peyotl

Dernière modification de cette page le 20 novembre 2015



Pharmacognosie - Toxicologie



Synonyme(s) : peyote
Anglais : peyote ou mescal-button
Espagnol : peyote
Étymologie : Nahuatl (dialecte aztèque des Indiens du Mexique) peyotle ou peiotle brillant, soyeux, blanc.

n. m. Petit cactus (Lophophora williamsii [Salm-Dyck] J.M. Coulter, Cactaceae) globuleux, charnu, mamelonné, non épineux, originaire du Mexique et du sud des États-Unis. Dans la partie aérienne, découpée en tranches séchées au soleil (les « boutons », anglais mescal buttons), présence d'alcaloïdes dérivés de la phénéthylamine, dont le principal est la mescaline, et de la tétrahydroisoquinoléine (anhalamine), responsables des propriétés pharmacologiques, notamment psychotropes et hallucinogènes (« la plante qui fait les yeux émerveillés »).

Utilisation rituelle très ancienne par les Amérindiens (consommation associée à des pratiques religieuses ou divinatoires). Absence d'indication thérapeutique reconnue ; en France, inscrit sur la liste des stupéfiants. Production, mise sur le marché et emploi interdits. Cf mescaline.